© Georges Eric © Bartosch Salmanski - 128db.fr

Nous vous proposons ce mois-ci une immersion dans l’univers d’un acteur strasbourgeois présent dans le monde du graffiti depuis plus de 20 ans : c’est Georges Eric Majord alias JupeOner  qui réalise notre couverture du magazine de juin ! 

Jupe Oner x Coze

Les couvertures sont disponibles à l’achat sur notre boutique en ligne

En 2012, il avait participé à la réalisation de la couverture du Coze Magazine n°13 (le temps passe !) avec le collectif Downtown, collectif dont il est toujours membre actif aujourd’hui !

Vieilles bécanes et jeux vidéos

Pour retracer son parcours et comprendre son univers il faut débuter, comme chacun d’entre nous, par l’enfance. Georges Eric dessine depuis petit. Le dessin a toujours fait partie de sa vie, mais un autre élément essentiel vient lui apporter un déclic : l’ordinateur. Son beau-père travaillait dans une entreprise qui fabriquait des ordinateurs. A l’époque, sur les premières machines, il jouait tout le temps et nous parle de jeux comme Barbarian ou Another World : le premier jeu avec une cinématique au démarrage. Même s’ il n’a finalement jamais réussi à en venir à bout, ce jeu et son univers restent un souvenir marquant qui l’ont grandement influencé !

Dans la construction de son style on peut bien sûr parler de Roger Dean et de sa création pour Psygnosis. Le logo réalisé par l’artiste anglais pour la société de jeux vidéo a complètement chamboulé Georges Eric. Roger Dean a réalisé de nombreux logos et pochettes d’albums, notamment pour le groupe Yes. Son univers nous transporte dans des paysages étranges et grandioses, largement inspirés de littérature fantastique et de science-fiction et ça forcément ça a parlé à Georges Eric !

« à la maison on avait les premiers ordinateurs et j’y jouais absolument tout le temps »

Après les jeux vidéos, c’est le graffiti qui est venu à Georges Eric en 1998. Il nous avoue même avoir réalisé son premier graff grâce à des bombes piquées dans une armoire de son boulot d’été ! A ce moment-là, il évoluait dans un microcosme particulièrement propice à cette technique: une bande de potes tranquille, du skate et du graff !

Il commence à peindre de plus en plus jusqu’à sa découverte d’Illustrator. C’est là qu’il lâche ses blackbooks pour travailler uniquement sur le logiciel.

En parallèle de sa pratique, Georges Eric étudie à la fac d’arts plastiques et fait différents jobs avant d’entamer une formation de peintre en bâtiment qu’il clôture par un stage à l’Opéra National du Rhin qu’il ne quittera plus puisqu’il travaille encore aujourd’hui aux décors en tant qu’intermittent du spectacle. Une double casquette qui lui permet aussi d’avoir du temps pour ses projets de dessins. 

Cette situation lui apporte un bon équilibre, entre opéra et illustration. Pour Georges Eric, le dessin est avant tout un plaisir, un hobby qu’il fait par envie. Il se laisse porter et nous dit qu’on verra bien si ça prend un jour ! 

« Pour moi, il faut que le dessin reste un plaisir. Je n’ai pas envie de devoir accepter tel ou tel projet par contrainte financière » 

Constructions vectorielles

Après cette mise en contexte, venons-en au concret : Les créations de Georges Eric sont basées sur ses lettres. Concrètement, il écrit « Jupe » de manière stylisée puis il enjolive le tout. Ses esquisses sont réalisées sur Illustrator, d’un même fichier il peut faire plusieurs choses : aller vers une illustration un peu barrée ou plus technique. 

Une fois le travail terminé sur le logiciel, il le transpose sur un mur avec un rétroprojecteur ou en tracé direct. 

Pour lui, ses réalisations sont comme des Legos, ce sont des compositions avec différents éléments. Georges Eric travaille beaucoup par série. D’une nature plutôt critique sur son travail, il peut regarder un dessin quelque temps après l’avoir conçu et se dire que finalement il va partir sur autre chose !

Ainsi on retrouve différentes séries dans son travail. L’élément de base est le lettrage et viennent ensuite s’en ajouter d’autres en fonction de ses envies et inspirations. Cailloux ou météores sont souvent des composantes de ses dessins mais peuvent s’ajouter des éléments architecturaux, notamment dans une série sur de véritables éléments issus de constructions strasbourgeoises, on peut aussi trouver des pierres précieuses ou des ajouts plus abstraits. 

Chacun des éléments mis ensemble créent cet univers retrofuturiste emprunté aux références qui ont marquées son enfance. Ces dessins, faits d’assemblages d’éléments dégagent, au-delà de l’atmosphère Sci-Fi, une harmonie apaisante, un environnement élégant et équilibré. 

Ses actualités

Ce mois de juin vous pouvez découvrir son travail dans le cadre de l’Industrie Magnifique. Pour le collectif Downtown, Georges Eric a travaillé avec l’entreprise EDF. Il a peint un conteneur que vous pouvez retrouver sur la place Broglie à Strasbourg du 3 au 13 juin. L’œuvre célèbre aussi les 50 ans de la centrale hydroélectrique située dans la réserve naturelle de l’île du Rohrschollen. Pour l’occasion Georges Eric s’est rendu sur place pour peindre le conteneur et a pu visiter des parties de la centrale. Il a notamment pu voir une turbine énorme que l’on retrouve sur son dessin ! Vous pourrez aussi le voir à l’oeuvre lors du NL Contest ou découvrir son travail sur une brique Lego lors de l’expo Let’s Go les 19 et 20 juin au Point d’Eau à Ostwald. 

Industrie magnifique

Questions du tac au tac 

Ton film favori ? Interstellar
Ton endroit préféré en Alsace pour profiter du soleil ? Mon futur jardin !
Le premier endroit où tu es allé lors de la réouverture du 19 mai ? Au Café des Sports à Strasbourg
Ta BD favorite ? Blame
Un dernier mot ? Terrasse !  

La couv’ vue par l’artiste

« L’illustration fait référence à une citation du texte d’Aristote, l’intelligence de la main. C’est donc à l’être capable d’acquérir le plus grand nombre de techniques que la nature a donné l’outil de loin le plus utile, la main. La main de l’homme est l’instrument des instruments. »

Retrouvez son travail sur instagram

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.