© Delphine Millet

Ce n’est plus qu’une question de jours avant que le printemps ne pointe le bout de son nez. Pour accompagner son arrivée tant attendue, nous sommes allés prendre une bonne dose de douceur en rencontrant l’auteure et illustratrice Laura Kientzler. C’est elle qui réalise la couverture de ce mois de mars. Un univers plein de poésie, de fleurs incroyables et de végétaux surprenants que nous vous invitons à découvrir à travers cette interview !

Laura Kientzler Coze Magazine
Couverture du Coze Magazine de Mars 2021 réalisée par Laura Kientzler

Retrouvez les prints de nos couvertures en vente sur notre boutique en ligne

Peux-tu te présenter ?

Quand on me pose cette question, je dis que je suis auteure-illustratrice, bien que je n’ai pas encore publié de livre mais j’y travaille vaillamment ! Je partage un atelier dans le quartier Laiterie à Strasbourg avec six autres illustratrices et céramistes depuis sept ans maintenant. Je viens de Lorraine ; enfin, je dirais que je suis moitié Alsace, moitié Lorraine. Je ne sais pas si les alsaciens valideront l’expression ! Mais je suis née en Alsace et j’ai grandi en Lorraine, dans un petit village à la campagne proche de Nancy.

Quel a été ton parcours ?

J’aurais bien fait mes études très tôt dans le domaine artistique, mais il n’y avait pas d’option arts plastiques dans le lycée où j’étais. Quand on grandit et vit à la campagne, on n’a pas beaucoup de choix et on ne connaît pas toutes les filières qui peuvent exister, alors on finit en filière générale. J’ai finalement envoyé un dossier après mon bac L pour intégrer une mise à niveau en arts appliqués à Nancy. Puis j’ai rejoint l’Ecole Supérieure d’Art de Lorraine à Epinal. C’est une petite école sympa, dans une maison avec un grand jardin ! Il n’y a pas beaucoup d’étudiants, ce qui fait que tout le monde se connaît, l’ambiance est chaleureuse et les professeurs à l’écoute. Le projet pédagogique s’articule autour de l’image et de la narration, que ce soit à travers l’illustration, la vidéo, la photo… C’est là que j’ai appris à développer le rapport texte-image, l’importance de la mise en page et de la composition d’une image, la typographie, entre autres !

Mais après trois ans dans cette école, je ne me voyais pas arrêter les études tout de suite, j’avais encore envie d’explorer plein de choses. J’ai donc postulé aux Arts Déco à Strasbourg et j’ai été prise en option illustration. C’était alors reparti pour trois ans de plus ! Je me suis retrouvée catapultée dans cette école qui avait l’air immense pour moi. C’est une école vraiment super, mais je trouve que les liens entre les différentes spécialités n’étaient pas très encouragés. Ce n’était pas évident de voir ce qui se passait ailleurs, d’autant plus que l’option illustration est située dans l’Annexe, de l’autre côté de la rue, en face du bâtiment principal. Les ateliers sont top, j’ai notamment adoré celui de sérigraphie dans lequel j’ai beaucoup appris. Aujourd’hui, je me dis que je n’en ai peut-être pas assez profité !

Laura Kientzler Coze Magazine

Je me suis installée tout de suite après le diplôme dans cet atelier près de la Laiterie. C’était un bon timing, car c’est effrayant de sortir de l’école et de se retrouver un peu seule, à démarcher des gens, envoyer des books, se confronter à la réalité du marché… Je vis à Strasbourg depuis bientôt 10 ans ; c’est une ville que j’aime beaucoup pour sa taille humaine, la proximité de tout, le vélo et les copains surtout !

« Les journées ne se ressemblent jamais, entre les rencontres, les ateliers avec du public, les expositions ou le travail de création. »

D’où te vient l’envie de faire de l’illustration jeunesse ?

Laura Kientzler Coze Magazine

C’est drôle car je ne me souviens pas vraiment de comment ça m’est venu ! En tous cas, je n’ai pas de souvenir marquant qui aurait fait un déclic, alors que c’est un objectif que je poursuis depuis des années. Mais je sais que petite, j’aimais beaucoup écrire des histoires et dessiner. J’avais une vieille machine à écrire sur laquelle je passais des heures à taper des textes, tellement que j’en avais mal au bout des doigts ! En revenant à Strasbourg, j’ai revu des affiches de Tomi Ungerer et je me suis tout de suite rappelé qu’on me lisait ses livres quand j’étais petite. Je me souviens aussi que ma mère aimait beaucoup les livres, elle m’emmenait à la bibliothèque très souvent.

Plus tard, pendant mes études à Épinal, la rencontre avec les livres de Béatrice Alemagna et Anne Herbauts a aussi été déterminante. Ce sont deux auteures-illustratrices que j’affectionne tout particulièrement, pour leurs uni- vers graphiques puissants et leurs textes très poétiques. C’est ce genre d’albums jeunesse que j’aimerais faire.

Quels sont tes projets en ce moment ? Sur quoi tu travailles ?

Pour 2020, j’avais prévu de me consacrer pleinement à l’illustration, et arrêter de m’épar- piller avec les petits boulots alimentaires qui sont toujours un peu chronophages. Et puis est arrivé ce que tout le monde connaît ! J’ai donc eu beaucoup de temps pour développer mes projets personnels.

Je travaille actuellement sur plusieurs albums jeunesse en tant qu’auteure et illustratrice, pour les proposer ensuite à des éditeurs. Mais c’est hyper difficile d’écrire pour les enfants… Il faut trouver des personnages intéressants, des chutes inattendues, des péripéties et des rebondissements qui tiendront le lecteur en haleine, et aussi quelques blagues ! En plus, je crois que j’aime davantage dessiner, peindre et faire des images que d’écrire le texte. Je suis toujours en train de faire des essais graphiques, dans mes carnets, sur des bouts de papier… c’est plein de surprises et de résultats inattendus, mais ça n’avance pas très vite !

Laura Kientzler Coze Magazine

Finalement, je me suis rendue compte en sortant de l’école que je voulais écrire des livres pour les enfants, mais sans jamais avoir côtoyé de vrais enfants ! Du coup, j’ai cherché des projets et des petits boulots qui me permettraient d’être en contact avec des enfants, comme travailler dans une bibliothèque au rayon jeunesse, faire des ateliers artistiques dans des salons du livre, des écoles ou pendant le temps périscolaire… Il y a deux ans j’ai travaillé en collaboration avec des maîtresses de CP sur un projet ACMISA de kamishibai (petit théâtre japonais), où les enfants ont écrit une histoire que nous avons illustrée tous ensemble.

Tout cela m’a beaucoup servi, car j’ai pu observer leur façon d’être, leurs centres d’intérêt, ce qui les questionne dans la vie, etc.

En parallèle de ces projets d’albums jeunesse ou d’atelier artistiques, je travaille régulièrement sur des commandes pour la presse ou pour les particuliers. Par exemple, j’ai réalisé récemment des faire-parts de naissance ou des cartes de visite. Je participe aussi à des concours ou des appels à projets, qui ne donnent pas toujours de résultats.

Il n’est pas évident de trouver sa place entre son style personnel et ce que demande le marché actuel. Mais je crois que je n’ai pas trop envie de faire de concession et de continuer à faire ce que j’aime, ce qui me laisse la liberté d’accepter ou de refuser les projets. Il faut dire aussi que j’ai la chance d’avoir un conjoint qui m’épaule dans mes projets, que ce soit en soutien moral ou financier, et ça c’est très précieux !

Parmi tous ces projets, lequel est ton projet coup de cœur ?

Je crois que le projet de mes rêves les plus fous n’est pas encore arrivé… J’ai apprécié travailler sur les différents projets qui m’ont occupé depuis le diplôme, mais j’aimerais vraiment faire un album jeunesse qui me ressemble, sur un thème qui serait vraiment mon thème.

J’aimerais aussi beaucoup faire des décors pour un spectacle ou une pièce de théâtre. Voir mes illustrations prendre corps en volume et en grand format, avec des comédiens qui évolueraient au milieu, ce serait génial !

Laura Kientzler Coze Magazine

En vrai, j’aimerais toucher à plein d’autres choses : faire des motifs pour des marques de vêtements ou des tissus ; créer des collections d’objets comme les théières que j’ai pu réaliser avec la céramiste Virginie Gallezot ; illustrer des jeux de société… Je m’intéresse à plein de domaines et j’aimerais mettre les mains partout ! Mais ça peut aussi être un bon moyen de se perdre, de s’éparpiller et de ne pas faire grand chose au final. C’est assez difficile de travailler seule, il faut avoir confiance en soi. Parfois je fais de nouvelles choses et puis je ne les montre pas car je me dis que ça n’intéresse que moi !

Quels sont les médiums que tu utilises ?

Je fais partie de ces illustrateurs qui aiment dessiner en vrai, sentir le crayon aller sur la papier, mélanger ses couleurs sur la palette… J’aime bien laisser arriver des petits incidents inattendus qui viendront construire l’image petit à petit ; je fais rarement un crayonné très détaillé car de toute façon, ça part toujours à l’opposé de ce que j’avais prévu ! Sinon, j’aime particulièrement le collage, car je peux laisser le hasard jouer avec les formes, même si parfois c’est carrément sans fin de déplacer, composer et recomposer les morceaux de papier entre eux. Généralement, je parle de technique mixte car je mélange un peu tout : le collage, la gouache, l’encre de chine, les feutres, les crayons de couleurs, les papiers découpés.

Laura Kientzler Coze Magazine

J’utilise très peu l’ordinateur ou la tablette graphique, seulement pour scanner, modifier des couleurs ou retravailler certains éléments isolés dans l’image.

« On peut trouver dans mes illustrations des fruits et légumes géants, de tout petits personnages dans de grands paysages et des animaux de toutes les couleurs ! »

Comment décrirais-tu ton univers ?

Mon style visuel est une représentation assez libre et naïve de la réalité, sans respect des règles de la perspective ou des proportions par exemple, et une certaine liberté avec les couleurs, les formes ou les échelles. On peut trouver dans mes illustrations des fruits et légumes géants, de tout petits personnages dans de grands paysages et des animaux de toutes les couleurs !

Laura Kientzler Coze Magazine

Qu’est ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

Ce qui me plaît le plus, c’est cette grande liberté ! D’organiser son emploi du temps au jour le jour, de choisir sur quoi on a envie de travailler, d’être seul maître à bord. Comme les humeurs changent régulièrement, c’est facile de s’adapter au rythme de travail. Normalement (enfin sauf depuis un an), les journées ne se ressemblent jamais, entre les rencontres, les ateliers avec du public, les expositions ou le travail de création.
Mais cela peut aussi être un piège, car il faut sans cesse se mobiliser et ne pas trop se laisser aller. Travailler seul peut vite être compliqué si on n’est pas rigoureux. J’ai d’ailleurs beaucoup été aidée par l’association Central Vapeur qui fait un travail super, avec un forum très dynamique et des sessions d’information pour tout ce qui est administration, points juridiques, négociation de contrats…
Par contre, cette liberté, on la paie aussi par un statut juridique un peu pourri, des rémunérations pas toujours très intéressantes, des gens pas très honnêtes…

 « Travailler seul peut vite être compliqué si on n’est pas rigoureux.»

Où peut-on trouver ton travail actuellement ?

Il a des reproductions de mes illustrations en vente sur les galeries en ligne de L’Affiche Moderne et Les Petits Collectionneurs. Sinon, dans ma boutique Etsy ou sur commande ! Et si jamais un auteur a une histoire dans son sac, je serais ravie de l’illustrer !

Test du tac au tac 

Le meilleur endroit en Alsace pour profiter du printemps ? Le quai des bateliers à Strasbourg.
Une musique pour se motiver le matin ? Go de M83.
L’endroit aujourd’hui fermé que tu as hâte de retrouver ? Le cinéma Star, ex aequo avec le Kitsch !
Ton livre favori ? pour l’album illustré : Cap! de Loren Capelli et pour la littérature : Continuer de Laurent Mauvignier
Ton film préfére ?Volver de Pedro Almodovar
Un conseil pour se lancer dans l’illustration ? Être super motivé, ne pas compter son temps et ne pas rester tout seul !

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.