© Bernard Plossu, Cabezon Peak, New Mexico, 1982

Exposition présentant le travail de plusieurs photographes dans le cadre de la Biennale de Photographie de Mulhouse

« Il faut toujours aller là où les routes s’arrêtent sur les cartes, là où il n’y a plus rien », aime à rappeler Bernard Plossu, livrant par ces mots une clé essentielle de son rapport au monde.

En 1989, le photographe publie Le jardin de poussière. Ce livre, devenu mythique, est le fruit de longues marches dans le désert de l’Ouest des États-Unis. À l’écart de la civilisation moderne, mais au plus près des esprits Apaches qui hantent ces étendues de sécheresse, Plossu s’est confronté au silence et à l’infini du paysage, au mystère du visible. Il en a rapporté des images qui, par leur extrême sobriété formelle et le choix assumé du petit format, contredisent l’idée de spectaculaire, et révèlent au contraire un lien intime, subtil, avec ces lieux empreints de cosmicité et de mythes.

Dans l’exposition Là où les routes s’arrêtent, un dialogue se noue entre la lumière limpide du désert américain, si intelligemment restituée dans les miniatures du Jardin de poussière, et celle captée par Francis Kauffmann depuis vingt ans dans les zones les plus reculées du Haut Atlas marocain. Avec patience, humilité et lenteur, à distance des sentiers battus, le photographe mulhousien a pénétré ces montagnes ancestrales, laissant se déposer en lui et sur le prisme de son appareil les lumières qu’elles renferment. Adepte, tout comme son ami Bernard Plossu, de la discrétion visuelle qu’offre l’objectif de 50 mm, il présente ici des images en noir et blanc pour la plupart inédites.

Né en 1966 à Mulhouse, Francis Kauffmann développe une photographie autodidacte et instinctive fondée sur la disponibilité, la persévérance et le temps long. Depuis 2002, c’est régulièrement et à pied qu’il arpente une région sauvage du Haut Atlas Marocain, guidé par des plans griffonnés par des villageois ou d’anciennes cartes montrant les sentier de mules. En 2014, Du thé et des sourires, premier livre rassemblant ses images du Maroc, a été publié aux éditions Médiapop. En 2021, il a photographié les locaux abandonnés d’une colonie de vacances pour La colo, paru chez le même éditeur.

Né en 1981 en Bretagne, Nicolas Bézard est auteur pour différents médias culturels. Ses textes et entretiens pour la presse, les revues spécialisées ou la radio abordent le cinéma, la photographie, la littérature, les arts plastiques. Enseignant en Arts pendant plusieurs années, il a exposé deux séries photographiques à la galerie La Chambre Claire à Rennes: Istanbul 50 mm et L’été (une Amérique rêvée). Depuis 2018, il collabore à la BPM en signant des textes pour le Novo hors-série consacré à la Biennale. Là où les routes s’arrêtent est sa première exposition en tant que commissaire.

Cette exposition est en partenariat avec la FEW, parcours Art Contemporain à Wattwiller. Des photographies de Bernard Plossu et de Francis Kaufmann y seront aussi exposées.

Commissariat : Nicolas Bézard
Médiathèque 8 Rue Anatole Jacquot, 68800 Thann du 4 juin au 17 juillet 2022 – Plus d’infos

Toutes les expos en Alsace ici

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.