En mars 2020, Sophie Bouillon vit à Lagos, la capitale économique tentaculaire du Nigeria, quand le premier cas de Coronavirus y est déclaré. Journaliste, elle s’extrait de sa nuit pour aller écrire la dépêche qui annoncera au monde que l’Afrique, à son tour, est touchée par ce qu’on appelle alors le  » virus des Blancs « . « Manuwa Street », paru aux Éditions Premier Parallèle, est le récit incroyablement puissant d’une année qui s’achèvera par le soulèvement d’un peuple. C’est aussi et surtout une déclaration d’amour à une ville qui ne connaît jamais de répit – et, pour nous lecteurs, une invitation urgente à voir le monde autrement.
 
« Lagos vous rend vivant. Lagos vous tue. Ici, vous aurez tort sur tout. Ici, vous n’aurez plus raison de rien. Lagos crée autant de millionnaires qu’elle envoie de pauvres au tapis. Ici, la Nature abonde autant qu’elle s’autodétruit. Et jamais, vous, humains, malgré vos croyances et vos certitudes, jamais vous n’aurez voulu tant vivre. Au milieu de ce trop-plein, de ce trop de gens, de ce trop de déchets, d’injustices, de fêtes et d’excès. De tout ce que vous aviez tenté d’ignorer jusqu’à présent. »
 
jeudi 06 mai de 17h00 à 18h00
Evénement en ligne
Gratuit
L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.