Ô fou désir que de chercher à découvrir ce mal qui, une fois trouvé, nous rend malheureux .

Ce mal dont parleavec beaucoup de sagesse et d’expérience Don Alfonso est celui de la jalousie qui, comme tout poison mortel, nécessite un traitement de choc. Pour démontrer à Ferrando et Guglielmo que les femmes peuvent être tout aussi infidèles que les hommes – l’humanité est ainsi faite –, il leur propose de conquérir leurs fiancées respectives, Dorabella et Fiordiligi, en empruntant de nouvelles identités. Ce jeu de dupes se transforme vite en chassé-croisé amoureux et provoque une série de quiproquos, de déchirements et de révélations qui vont bousculer les idéaux et la naïveté des quatre tourtereaux. Dans le langage amoureux, les gestes et les regards sont souvent bien plus et sincères que les longs discours. Ce décalage entre le « dit » et le « non-dit » est l’essence même de Così fan tutte : la sublime musique de Mozart parle bien davantage que les mots malicieux de Da Ponte. Cette exploration des méandres infinis du désir entreprise à la fin du XVIIIe siècle, le metteur en scène David Hermann la transforme en une odyssée amoureuse conduite à travers le temps et les affres de la première moitié du XXe siècle.

En italien
Surtitré en français, allemand

dimanche 24 avril de 15h00 à 18h00
Opéra National du Rhin - Strasbourg
prix : 90€
L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.