Ce projet est né d’un double constat. Tout d’abord, au Musée des Beaux- Arts aucune oeuvre n’a été peinte pour être dans un musée. Par ailleurs, le contexte d’origine des oeuvres exposées est largement ignoré. Le Musée des Beaux-Arts propose donc, au sein de ses collections permanentes, quelques cas exemplaires permettant d’appréhender le contexte d’origine, c’est-à-dire la fonction et les conditions de vision au moment de la création. On songe bien sûr aux oeuvres pour les édifices religieux ou pour décorer les demeures, mais ces deux cas sont loin d’être les seuls.

Contrairement à aujourd’hui où les oeuvres sont présentées sur les mêmes murs et souvent avec le même éclairage, on ne regardait pas de la même façon ces peintures. Certaines oeuvres étaient faites pour être vues de près quand d’autres étaient vues de loin avec un éclairage particulier. Bien plus, certaines oeuvres exposées n’étaient pas destinées à être vues. On songe en particulier aux projets (esquisses) qui parlent tant à notre goût. Afin d’évoquer ces contextes d’origine, la plus grande attention est portée aux dispositifs de médiation, avec pour guide une scénographie basée sur un travail d’illustration créé par Anna Griot. Une publication permet par ailleurs d’approfondir les enjeux d’une telle approche qui, malgré son importance, n’a jamais été abordée en tant que telle.

Cette exposition bénéficie du soutien exceptionnel de l’Eurométropole de Strasbourg.

Grâce au soutien de la Fondation Swiss Life, un des dispositifs a pu être réalisé ainsi que des actions auprès des publics atteints de la maladie d’Alzheimer.

Commissariat : Dominique Jacquot, conservateur en chef du Musée des Beaux-Arts, avec le Service éducatif et culturel des Musées

mercredi 11 mars de 09h00 à 18h00
Musée des Beaux-Arts - Strasbourg
prix : 6,50€
L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.