Depuis plus de 100 ans, des œuvres sont créées au sein de la manufacture Lalique à  Wingen-sur-Moder grâce à des savoir-faire d’exception. Dans le secret des ateliers,  que ce soit près des fours ou des meules, des hommes et des femmes travaillent de  concert pour la réalisation de pièces qui seront vendues dans le monde entier. Quel  que soit leur poste, ils sont tous des maillons importants d’une chaîne invisible.  

Avec l’exposition Lalique en grand, le musée propose de lever un peu le voile grâce  à des photographies en grand format (120x180cm) réalisées par Karine Faby,  devenue un des Meilleurs ouvriers de France en 2023. Elles permettent de découvrir  ce qui se passe à l’intérieur de la cristallerie qui ne se visite pas. 

L’exposition commence dans le laboratoire du chimiste, qui définit la composition exacte du cristal en fonction  des pièces qui vont être fabriquées et des couleurs souhaitées. Les potiers, de leur côté, créent les creusets dans  lesquels va être fondue la matière. Le changement d’un pot est d’ailleurs toujours une étape spectaculaire,  rigoureuse et chaude en tous points ! 

Chez Lalique, les moules, qui sont désormais produits en interne, sont des empreintes tangibles de  la mémoire de la cristallerie. Ils sont rangés avec soin en attendant leur prochaine utilisation. C’est  autour des fours qu’ils prennent vie, quand des équipes de verriers alliant force et finesse s’affairent à  les nourrir de cristal en fusion. 

Depuis plus d’une dizaine d’années, Lalique a remis en avant dans ses ateliers une technique chère à  son fondateur pour réaliser des pièces d’exception : la cire perdue. Deux étapes sont présentées : la  cire coulée dans des moules et le déplâtrage nécessaire pour faire naître une pièce.  

Dans les ateliers de verre froid, le tronçonnage débarrasse les œuvres des surplus de matière tandis  que la retouche affine les motifs. Vient ensuite le travail de l’atelier de décor, qui va préparer les  pièces pour leur satinage ou va venir mettre en relief un motif avec de l’or ou de l’émail… 

L’équipe de maintenance s’assure du bon fonctionnement de l’infrastructure de l’ensemble de la  manufacture. Celle du montage assemble des pièces en cristal pour en faire des lustres, des panneaux  décoratifs… utilisant aussi des techniques d’aujourd’hui. 

Enfin, quand les pièces sont presque prêtes, elles sont lavées pour être éclatantes auprès de leurs futurs  acquéreurs. Elles sont finalement conditionnées et prises en charge par l’équipe de la logistique pour  être envoyées aux quatre coins de la planète. 

En complément de l’exposition, le musée Lalique aura le plaisir d’accueillir des démonstrations faites  par des personnes de la cristallerie à l’occasion des Journées européennes des métiers d’art les 6 et  7 avril 2024. Des démonstrations seront réalisées par des personnes de la manufacture à l’occasion  des Journées européennes des métiers d’art au coeur de l’exposition. Un moment unique à partager  avec celles et ceux qui font vivre des savoir-faire d’exception. 

Plus sur la photographe : Photographe fascinée par la magie de lumière, admirative des gestes,  des savoir-faire et de leur transmission, Karine Faby aspire à restituer des ambiances, valoriser des  métiers qu’il s’agisse de l’artisanat, de l’industrie ou de la gastronomie. Sa priorité, donner des  visages au travail en train de se faire. 

Informations pratiques :
Du 15 mars au 7 avril selon ouverture du musée 
Entrée comprise dans l’entrée du musée : 8€/plein tarif – 4€/tarif réduit – 18€/Entrée famille 
Entrée gratuite à l’occasion des Journées européennes des métiers d’art les 6 et 7 avril

Musée Lalique
40 rue du Hochberg
67290 Wingen-sur-Moder

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.