© Vue d'exposition au CRAC Alsace. Courtesy des artistes. Photographie d'Aurélien Mole.

Le CRAC Alsace, Centre Rhénan d’art contemporain, situé à Altkirch dans le Sundgau présente du 16 octobre 2022 au 26 mars 2023, Les quatre points cardinaux sont trois : le sud et le nord, exposition collective conçuepar Amilcar Packer, où nous apprenons que 1 + 1 = 3 et non pas 4.

C’est au sommet d’un escalier très raide emprunté dans le centre-ville désert d’Altkirch, qu’on accède, essouflé.es à la dite « vieille église » désignée par le nom de cette ancienne cité rhénane. La ville est divisée en deux : le haut et le bas, évoquant ces villes à deux étages telles que Bern, Budapest, Villeneuve Saint Georges. Au loin, la cimenterie offre un décor à la Twin Peaks et les carrières donne à cet environnement des allures de gueule cassée.

Le CRAC est un lieu peuplé par le souvenir de différentes strates historiques car il est un ancien Gymnasium construit par les allemands en 1889. Il abrite le CRAC, lieu de production, de recherche et d’exposition qui draine le territoire rhénan depuis le début des années 1990. Environ trois expositions sont organisées tous les ans, ainsi que de nombreux événements, à suivre via leur site internet.

CRAC Alsace
Entrée du CRAC Alsace. Conception graphique des drapeaux par Charles Mazé & Coline Sunier. Photographie d’Aurélien Mole.

Sous les drapeaux bleus qui signalent l’exposition, les portes d’entrée du lieu s’ouvrent avec un accueil et une médiation au sommet. Les conditions de visite sont exceptionnelles dans cette exposition érudite, pour laquelle il faut prévoir une demi- journée complète.

En effet dans l’auditorium il y a trois films d’Arjuna Neuman et Denise Ferreira da Silva, qui durent chacun entre 30 et 40 minutes; quant au film présenté également au rez-de-chaussée il a été réalisé par le collectif Ventres da Mata Atlântica et dure 20 minutes.Y sont explorés l’eau, le minéral, le végétal, la terre, l’humain à travers notamment le peuple Guarani. On est tenté.es alors de chercher les points cardinaux du titre dans les œuvres, comme lors d’un jeu de piste. Un indice : c’est une logique poétique, qui fonctionne par rimes, évocations et sens cachés qui a guidé le commissariat d’exposition, à l’instar de ces mots de Vincente Huidobro dans Altazor. Le Voyage en parachute, 1919-1931 : « Les quatre points cardinaux sont trois : le sud et le nord. Un poème est une chose qui sera. »

Ventres da Mata Atlântica (Cristine Takuá, Carlos Papá, Sandra Ara Rete Benites, Freg Stokes, Timóteo Vera Tupã Popygua, Anita Ekman et Amilcar Packer), Before the Atlantic [Devant et avant l’Atlantique], 2018-2022. Vidéo numérique. Son, couleur. Durée 21’ 45’’. Courtesy des artistes. Photographie d’Aurélien Mole.

Dans le large escalier, on croise le fantôme des performances de l’artiste trans-anarchiste Ana Mogli Saura. A l’étage, deux grandes salles à la scénographie exigeante nous font voguer à travers dessins, films, installations. Un éclairage optimal et des espaces sont dédiés à l’écoute et au visionnage des œuvres : tout est pensé pour le confort du visiteur.se.

Ana Mogli Saura, Encruzilhada das realizações [Ouverture du croisement], 2022. Installation et autels composés de matériaux divers, enceintes et performance. Musique: Anti-Projeto Anarco Fake, Chiquinho do Computador et Ana Mogli Saura. Remerciements: às encantades [aux enchantées]. Photographie d’Aurélien Mole.
Ana Mogli Saura, Carta-o-grafia (passeio regenerative) [Carte-et/ou-graphie (promenade régénératrice)], 2022. Photographies, peinture sur le mur et texte imprimé. Performance: Heliana Batista da Silva, Maria de Fatima Carolino, Marysol et Ana Mogli Saura. Courtesy de l’artiste. Production CRAC Alsace. Photographie d’Aurélien Mole.

On note au passage une prédilection pour toutes les formes de cartographies (Ana Mogli Saura, Collection du Musée de la Mine et de la Potasse de Wittelsheim), des incrustations de pilules et de pierres dans les murs, toutes plus étranges les unes que les autres, une représentation d’explosion atomique par Warhol en 1965, la vue sur la cimenterie depuis la fenêtre gigantesque du CRAC… Ces œuvres côtoient ce qui constitue le véritable fil rouge de l’exposition : l’art rituel, rupestre et dit brut qui ponctue tous les espaces. Parmi ces œuvres, de belles rencontres telles que Sheroanawe Hakihiiwe, Raúl Zurita, ou encore la troublante fresque Ochre-A mancha da vida par Anita Ekman.

La présentation remarquable de cette exposition montre tout ensemble des œuvres dont les thématiques manichéennes questionnent nos paradigmes. GEOLOGIQUE/HUMAIN – ORIENT/OCCIDENT – NATUREL/INDUSTRIEL – EXPLOITANT/EXPLOITÉ.E / DOMINANT/DOMINÉ.E – INVISIBILISANT/INVISIBILISÉ.E – AMERIQUE LATINE / SUNDGAU.
Des échanges et des nuances sont-ils encore possibles entre ces mondes polarisés ?

Laurie Moor

https://www.cracalsace.com/fr/ (> le site vaut le détour car il est un objet d’art à lui seul).

Du 16 octobre 2022 au 26 mars 2023, Les quatre points cardinaux sont trois: le sud et le nord, exposition collective commissariée par Amilcar Packer.
Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h. Entrée libre.

Avec la participation d’Anita Ekman, Arely Amaut et Colectiva Radio Apu, Denise Ferreira da Silva et Arjuna Neuman, Sheroanawe Hakihiiwe, Ayrson Heráclito, Mauricio Iximawëteri Yanomamɨ, Runo Lagomarsino, Emma Malig, Ana Mogli Saura, Sérgio Pukimapɨweiteri Yanomamɨ, Ventres da Mata Atlântica, Carla Zaccagnini, Raúl Zurita; ainsi que des dessins de la Collection Claudia Andujar, et des objets du Musée de la Mine et de la Potasse de Wittelsheim et du Musée de la Régence d’Ensisheim.

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.