Pinto (sculpture)
C’est à partir de matériaux de récupération qu’il élabore son répertoire visuel : métal, bois, pierre, objets manufacturés, toujours assemblés avec beaucoup d’à-propos. Il entrevoit déjà, dès qu’il les ramasse, ce qu’ils contiennent de possibilités d’expression, de vie et de mouvement. Leur assemblage vise en fait à faire jaillir l’étincelle de vie que cette matière collectée semble d’emblée déjà contenir en elle. Car pour lui, aucun matériau abandonné et ramassé n’est jamais totalement inerte. Toujours vivantes et
porteuses d’évolutions possibles, les matières qu’il collecte l’invitent en permanence au jeu et au dialogue. Invitation à laquelle il ne manque pas de répondre, avec une remarquable économie de moyens, une absolue fluidité de style et une parfaite justesse
d’expression.

Pour cette exposition, il a entre autres sélectionné quelques oiseaux dans le répertoire de son vaste bestiaire et a également apporté quelques figures humaines, très souvent représentées formant des groupes.

Brigitte Wagner (peintures)
Sa pratique artistique découle de sa découverte de différents pays d’orient. Ses séjours et voyages à Téhéran, Marrakech et Rabat ont éveillé son goût pour la miniature persane et moghole. Elle développe désormais cette forme d’expression à sa façon, à la gouache et à l’aquarelle sur papier, livrant dans ses petits formats des concentrés de poésie stylisée. Après avoir décliné les possibilités d’expression de ces miniatures dans un répertoire nettement orientaliste, elle acclimate depuis quelque temps déjà son
vocabulaire à un plus large répertoire de régions du monde, incluant aussi des pays plus occidentaux et plus septentrionaux. Opérant un syncrétisme entre les formes issues des miniatures orientales et celles que l’on connaît aux enlumineurs et aux cartographes européens du moyen âge et de la première renaissance, elle invente un univers onirique qui lui est très personnel et qui évoque avec poésie les paysages, les jardins, les villes et les monuments de ces différentes parties du monde où elle a séjourné. Elle a réuni pour cette exposition des pièces évoquant le Maroc, le Népal, la ville de Montréal et la Provence.

AIDA Galerie, 130 Grand’Rue, 67000 Strasbourg
du lundi au dimanche de 14h00 à 19h00
+ d’infos 

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.