Shalva Khakhanashvili quitte la Géorgie peu après la proclamation de son indépendance en 1991, sortant alors de décennies d’autoritarisme soviétique. Il a par la suite vécu en Russie, en Allemagne, puis en France. Une fois installé à Paris, il ne perdra jamais le lien avec le réseau artistique est-européen et caucasien. Cet aspect cosmopolite et des strates de cultures différentes se reflètent dans son travail.

Shalvak, artiste peintre et photographe, commissaire d’expositions et opérateur culturel, est un infatigable moteur de partenariats artistiques en Europe. En 1995, il fut repéré par la galeriste Françoise Friedrich, qui a exposé ses œuvres à plusieurs reprises tout en lui consacrant une exposition personnelle à Cologne en 1998. La même année, la critique d’art Anne Tronche l’a intégré dans l’exposition collective Au verso de l’histoire organisée par Apollonia et présentée en 1999 à Schiltigheim (ancienne Coopérative des Bouchers) et par la suite à Paris, à Thessalonique et à Réthymnon.

Aujourd’hui, il s’agit d’une exposition monographique au sein de laquelle le visiteur est invité à découvrir l’univers de l’artiste à travers trois thématiques significatives : l’humain, l’urbain et le rapport peinture-photographie.

Son œuvre est pour lui comme le rocher de Sisyphe, personnage auquel il se compare car sans cesse il recommence son processus de fabrication d’images. Il construit, déconstruit et reconstruit la réalité à partir de questions comme l’identité, la mobilité, la ville et la guerre… 

Apollonia
23 Rue Boecklin à Strasbourg
Plus d’infos

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.