© Xiaoyi Chen, Way out, 2015

Exposition présentant le travail de plusieurs photographes dans le cadre de la Biennale de Photographie de Mulhouse

« Tels des poèmes de la Nature, les corps célestes chuchotent à l’oreille des rêveurs.
Inspirée par un livre trouvé dans son grenier qui narre la conquête alors hypothétique de l’espace, Laura Keller a réalisé des images qui évoquent les mystères de la voûte céleste et nourrissent l’imaginaire enfantin, en écho à des photographies très épurées prises dans un observatoire près de Genève. Sa série The Milky Way joue ainsi d’une limite entre élaboration onirique et réalité scientifique.
Depuis les origines, les pieds ancrés au sol mais les yeux levés vers les énigmes du ciel, l’être humain se trouve à la jonction de deux infinis. Mais ce firmament sous lequel il évolue est-il immuable ?
Dans le cadre du programme SMArt, qui interroge par le biais de la photographie les défis que nous lance la nature, Ce soir, la Lune rêve avec plus de paresse présente les points de vue de Xiaoyi Chen, Stephanie  Montes et Jorge Panchoaga. Au terme d’une résidence de trois mois en Valais (Suisse), ces photographes ont mis en évidence le lien qui les unissait à la nature, livrant leur fascination pour le ciel et les objets célestes qui le peuplent.
Trait d’union entre les deux expositions, Cosmogonie, la photographie de Julie Langenegger Lachance, brouille les frontières de l’organique, du psychique et du cosmique, en rappelant que l’être humain est constitué lui-même d’une part de cet univers intersidéral. »

Julia Hountou, commissaire d’expositions

Avec les séries de photographies de : 

Xiaoyi Chen : Au cours de sa résidence de trois mois dans le cadre du programme SMArt à Monthey (Suisse), Xiaoyi Chen
découvre des blocs glaciaires erratiques lors d’une promenade en forêt. Ces imposantes masses rocheuses, dont certaines possèdent la taille d’une maison, ont été transportées par les fleuves de glace et placées en position dominante dans les vallées ou dispersées sur les collines et les plaines.
Précieux réservoirs mémoriels, ces «monuments » alpins témoignent de la dégradation glaciaire que nous observons aujourd’hui. Fascinée par la monumentalité, la solitude et l’anachronisme de ces blocs mystérieux évoluant au sein des montagnes depuis la nuit des temps, l’artiste souhaitait restituer à travers ses photographies et vidéos la puissance
intemporelle qu’ils dégagent.
Dotée d’une attention extrême au détail comme au tout, dont elle joue à l’envie pour mieux nous déconcerter, Xiaoyi Chen façonne un univers photographique d’une grande poésie. Ces pièges à rêverie – qui nous parlent de notre appartenance à une Nature puissante – demeurent hors du temps et expriment un retour aux origines les plus lointaines. 

© Xiaoyi Chen, Way out, 2015

Stephanie Montes : Au cours de sa résidence de trois mois au printemps 2020, dans le cadre du programme SMArt, au Théâtre du Crochetan à Monthey (Suisse), Stephanie Montes a exploré plusieurs thèmes inspirés par la nature impavide. Son regard s’est posé sur notre environnement, pour mettre en évidence le lien qui unit les hommes à la nature. À travers ses photographies, elle retranscrit la beauté des dessins naturels, leurs lignes, leurs formes.
L’artiste nous parle de cette nature puissante et majestueuse, mais trop souvent malmenée par la croissance exponentielle de l’ère moderne, qui bouleverse nos écosystèmes. Inquiétants et attirants à la fois, les univers qu’elle a immortalisés captent notre regard. De ses paysages empreints d’étrangeté, se dégage un sentiment de solitude. Le contexte de la pandémie de Covid-19 qui sévissait pendant son séjour a pu parfois exacerber le sentiment d’isolement de l’artiste expatriée. Au dépouillement et à l’intemporalité de la nature, répondent quelques autoportraits. Son visage couvert de paillettes, en écho au ciel étoilé à l’arrière-plan, apparaît comme un cheminement sous la dictée du ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jorge Panchoaga : Notre mémoire est faite de réalité et d’imagination. Les images métaphoriques de Jorge Panchoaga, nées d’une résidence en Valais dans le cadre du programme SMArt, interrogent cette mémoire en montrant la façon dont elle guide le sens que nous donnons aux environnements et aux écosystèmes que nous habitons. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laure Keller (The Milky Way : «Tout est parti d’un livre, trouvé dans mon grenier. Un livre ancien pour enfants avec pour sujet une hypothétique conquête de l’espace. j’ai souhaité mettre en image le passage de l’utopie au réel par la force de l’imagination d’un enfant. Rendre présente la faculté de l’enfant à imaginer, à partir d’objets ou de paysages du quotidien, des réalités extraordinaires. Aujourd’hui, ces réalités extraordinaires sont finalement devenues des étapes concrètes de la conquête de l’espace, démontrant d’une certaine façon le pouvoir infini de la fabulation. » Laure Keller

© Laura Keller, Alienor (gauche), Coupole (droite)

Julie Langenegger Lachance (Cosmogonie) : Parfois, les perspectives habituelles que nous connaissons s’inversent, et les étoiles en viennent à scintiller également sur terre. Atomes, astres, âmes et corps s’assemblent alors en une même constellation. Dans Cosmogonie, l’écrivaine, poète et actrice transgenre Gabrielle Boulianne-Tremblay pose tel un être céleste. « Peu importe d’où nous venons, peu importe où nous allons, notre nature stellaire nous rassemble dans la cosmogonie de nos existences », dit-elle. Dans ce portrait qui nous interpelle par sa force d’ambiguïté et sa dimension rêveuse, Julie Langenegger Lachance suggère combien nous sommes faits de poussières stellaires, et combien la profondeur de notre psyché n’a d’égale que la vastitude de l’univers qui nous entoure. Cette photographie est issue de la série Être portant sur des personnes issues de la communauté LGBTQI2SA, aux identités multiples (lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, queer, deux-esprits, intersexes…). À travers son regard bienveillant, la photographe appréhende la recherche existentielle de ces personnes en quête de leur nature profonde. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Galerie de la bibliothèque Grand’Rue 19 Grand’Rue 68100 Mulhouse – Plus d’infos

Toutes les expos en Alsace ici

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.