© n/a

Paranoid Androids met en lumière l’idée de l’androïde, du double artificiel. Un thème qui inquiète autant qu’il fascine et pour partir à sa rencontre, le Maillon organise un temps fort du 20 janvier au 5 février.

Ce temps fort sera composé de spectacles, de rencontres ou encore d’ateliers ! Ne manquez pas Contes et légendes de Joël Pommerat qui revient au Maillon avec un théâtre de l’intime et vous emmène dans un monde où se côtoient humains et créatures artificielles. Dans un décor épuré, il met en scène un monde futuriste mais familier, dans lequel se côtoieraient humains et créatures artificielles. Des êtres construits, tout comme sont en construction des personnages d’adolescents sous l’action de leurs désirs, de leurs angoisses, mais aussi de ce que la société et ses normes leur imposent, tel un programme à exécuter. Loin des dystopies que nous proposent le cinéma et la télévision, fictions souvent riches en affrontements spectaculaires entre hommes et machines, Contes et légendes est une forme de tâtonnement scientifique et poétique, une exploration méticuleuse d’une génération numérique et des questions qui l’animent. L’auteur-metteur en scène nous invite à interroger nos représentations du monde et des autres, dans une suite de brefs récits, à la fois drôles et émouvants.

Ne loupez pas non plus Tank, une performance dansée à la fois inquiétante et fascinante. Un tube de verre se dresse sur la scène, évoquant tant l’éprouvette dans laquelle d’étranges liquides bouillonnent et entrent en réaction, qu’un objet de musée offert au regard des visiteurs. À l’intérieur flotte un brouillard opaque. Et voici qu’apparaissent une main, une jambe, une épaule…Pour Doris Uhlich, le corps n’est pas simplement un moyen d’expression, il est un thème, envisagé sous divers angles. Dans son solo, la chorégraphe autrichienne aborde les transformations que permet la technologie, les modifications que l’Homme peut désormais lui apporter. Portés par la musique électronique de Boris Kopeinig, les membres glissent le long des parois, s’y heurtent, se rebellent. Ces mouvements, ce corps qui ne cache rien, éveillent nos imaginaires, nous emmènent tant du côté du mythe de la création que dans un futur incertain, tandis que des textes presque chantés s’interrogent sur ce que pourrait être un homme devenu machine. La chorégraphe ne juge pas, mais questionne la notion même de progrès lorsqu’elle s’applique à notre propre chair.

Vous pourrez aussi découvrir Happiness, une installation qui présente une étrange pharmacie tenue par un robot à l’apparence humaine. Derrière le comptoir, la jeune femme nous explique les bienfaits de toutes sortes de médicaments, drogues et antidépresseurs, ces substances de synthèse qui permettent d’augmenter nos performances, de pallier nos faiblesses. Dans cette installation, Dries Verhoeven questionne les limites de notre humanité. En quoi l’humanoïde est-il différent, à l’heure où la technologie le rend toujours plus semblable à nous ? Que nous apportent les substances de synthèse, moyen de soigner mais aussi de modifier notre vision de la réalité, d’intensifier notre perception du monde, de dépasser nos limites ? Une promesse de bonheur ? Quelle est la nature de nos sentiments et de nos sensations ? Clients de cette pharmacie, face à une intelligence artificielle, nous sommes invités à une rencontre avec ce que nous pourrions être, mais aussi avec ce que nous sommes.

ARTE vous donne également la possibilité de gagner deux places ici pour le spectacle Tank le 3 février à 20h30, alors n’hésitez-pas et participez ! 

Du 20 janvier au 5 février au Théâtre du Maillon 1 boulevard de Dresde à Strasbourg 
Plus d’infos

Retrouvez tous les événements en Alsace sur notre agenda en ligne

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.