© Bartosch Salmanski

Chaque mois, nous invitons un artiste local pour réaliser la couverture du magazine et vous présenter son univers. Pour ce numéro de novembre 2021, c’est Ossiann Roux qui nous donne à voir son imaginaire; nous sommes allés à sa rencontre pour en apprendre plus sur lui et son travail.

couv novembre 2021 - #102
Retrouvez la couverture du magazine d’octobre et les précédentes dans leurs versions affiches sur notre boutique en ligne

 

Ossiann a quitté ses terres bretonnes pour rejoindre le Grand Est et plus particulièrement Strasbourg en 2016 afin d’intégrer le diplôme supérieur d’arts appliqués In Situ Lab au Lycée Le Corbusier. Un diplôme tourné vers le design de service public qui touche donc à toutes les branches du design financé par le public aussi bien avec des partenaires comme des musées et des médiathèques que des hôpitaux ou des parcs naturels. Un design in situ, au contact des publics qui permet de répondre à des problématiques internes ou externes de ces services. Sa formation l’a amené à être à son compte depuis trois ans maintenant en tant que designer graphique et événementiel.

Des rêves d’inventeurs

Alors, comment arrive-t-on à l’opposé de la carte pour faire du design ?! L’idée a sans doute germé lors de l’enfance d’Ossiann. Depuis petit, les inventeurs le font rêver, le fait de créer de nouvelles choses aussi. Après son bac, il se lance dans une prépa de deux ans à l’ESAAB de Nevers, durant laquelle il aborde le design sous toutes ses formes mais plutôt dans un aspect recherche que pratique. Puis, c’est finalement au Lycée le Corbusier à Illkirch qu’il pose sa casquette en 2016. Durant ce diplôme, Ossiann a pu rassasier ses envies de concret avec plusieurs projets en partenariat avec des acteurs locaux tels que la Fabrique de l’Hospitalité de l’Hôpital Civil de Strasbourg, l’association Horizome, la Bibliothèque Départementale du Bas-Rhin, CUS Habitat ou encore le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord.

Les voyages comme expérience créative 

Diplôme en poche en 2018, Ossiann part à nouveau voir du pays et passe quelque temps à Montréal. Il y rejoint la coopérative de design Le Comité avec laquelle il travaille beaucoup autour du design événementiel, encore peu développé à l’époque en France. Durant plusieurs mois il évolue donc dans ce domaine et s’émerveille des moyens mis à disposition pour développer de gros projets de design au service d’événements et d’espaces éphémères. Quatre mois plus tard, Ossiann décide de retourner à Strasbourg. Ville qui l’a séduit par son cadre de vie agréable et aussi, nous dit-il, parce qu’il fait quand même très froid à Montréal !

Au-delà de ces deux aspects, le choix de s’installer à nouveau à Strasbourg permettait à Ossiann de retrouver le réseau qu’il s’était déjà constitué pendant ses études. Un côté non négligeable quand on débute et qu’on veut se lancer en tant qu’indépendant.

« Je suis preneur de toute expérience humaine et créative »

La collaboration au coeur du projet 

De retour à Strasbourg, il effectue un service civique auprès du Bureau d’Intervention Graphique. Créé par Gwendoline Dulat, cet atelier mobile propose des projets participatifs et graphiques dans l’espace public. Il travaille d’ailleurs toujours avec elle et cette expérience lui a permis de découvrir la Virgule du quartier Coop et de trouver son atelier au sein du tiers-lieu Les Ateliers Éclairés.

Ossiann est à son compte en tant que designer graphique et événementiel depuis trois ans. Une manière de travailler assez solitaire, mais qui lui convient bien. Pour lui, le fait d’avoir un atelier partagé et de travailler régulièrement avec d’autres personnes permet de pallier à cet aspect du statut mais cela permet également d’additionner les forces et les savoir-faire !

« La micro-entreprise c’est cool, c’est le meilleur exemple d’épanouissement que je pouvais trouver ! »

Créer du lien entre les projets 

Il a notamment récemment travaillé avec une classe de CM1-CM2 durant 6 mois autour de son projet Entre 2 repas suite à sa sélection dans le programme Création en cours des Ateliers Médicis. Ensemble, ils ont créé les recettes graphiques autour de la cuisine alsacienne. Les enfants ont eux-mêmes travaillé sur leurs recettes, l’idée étant que celles-ci sortent des cuisines familiales et permettent de créer du lien autour d’un carnet de recettes collaboratif.

Dans la même idée de créer des ponts, son projet de fin d’études, intitulé Entre 2 paliers, apparaît comme les prémices de Entre 2 repas. Il y était question de travailler sur les espaces communs des immeubles comme lieux d’échanges en installant des espaces thématiques à chaque étage pour créer du lien entre voisins. Dans un même immeuble, même sans se connaître, on partage des sons ou des odeurs de repas, des choses qui peuvent être agréables ou désagréables.

Le constat d’Ossiann et de sa binôme Clémence Ollier est le suivant : autant de personnes rassemblées dans un même endroit, sont autant de ressources et de savoir-faire, qui mis en commun peuvent donner des choses incroyables ! Ces deux projets émanent, eux aussi, sans doute, d’un doux rêve d’enfant d’Ossiann de devenir cuisinier.

Entre 2 Repas de Ossiann Roux
Ossiann Roux – Entre 2 Repas

Les rêves d’Ossiann 

Il essaye d’ailleurs de plus en plus d’intégrer la gastronomie et la cuisine dans ses projets. Quel meilleur moyen de créer du lien qu’un bon repas ?!
Il nous confie aussi que son projet rêvé serait de concevoir l’identité d’un restaurant avec un chef audacieux pour « proposer une expérience explosive et colorée du couvert à l’assiette » ! Alors, avis aux chefs !

Le côté collaboratif et participatif est au cœur des projets d’Ossiann. Il envisage le design comme un outil permettant de répondre aux problématiques du quotidien. Des problématiques qu’il faut comprendre, ce qui nécessite des échanges avec les tous les acteurs du projet pour pouvoir mieux y répondre. Il travaille notamment en ce moment avec la Maison du Jeune Citoyen de Schiltigheim dans le cadre d’une consultation citoyenne autour de la transformation d’une aire de jeux. Là encore, l’échange et la collaboration sont au cœur du projet puisque qu’il fait le lien entre les enfants du quartier et la municipalité.

De nombreux projets

En novembre, il accompagne un groupe de jeunes dans le cadre des Fablabs solidaires, un projet de la fondation Orange, remporté par l’ONG Octop’us et AVLAB. Ensemble ils vont créer des bacs de recyclage de plastiques pour les Centre Socio-Culturels.
Il est aussi graphiste pour l’Association Européenne Parlementaire, pour laquelle il réalise différents supports de communication et du mobilier événementiel.

Les travaux d’Ossiann sont créateurs de lien, dans ses projets, le vivre-ensemble et le faire-ensemble sont au cœur de sa démarche. Pour lui, cela permet de mieux vivre avec les autres et nous permet d’outrepasser les différences et les habitudes pour partager et sortir grandi de ces expériences.
Ses créations sont souvent colorées et figuratives, Ossiann Roux utilise une large palette de couleurs et joue avec l’esthétisme du collage.

Vous pouvez découvrir plus amplement ses réalisations sur son site internet, son Instagram et si vous souhaitez aller plus loin, il sera également ravi de vous accueillir dans son atelier pour tout projet !

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Ossi (@ossiann.design)


Questions du tac au tac 

Le lieu que tu préfères en Alsace ? Le Quai des Bateliers à Strasbourg
Ton plat alsacien favori ? Les spaetzles !
Ton film préféré ? « Kes » de Ken Loach
Un artiste qui t’a marqué récemment ? Diego Giacometti et ses meubles incroyables
Une expression alsacienne ? Hopla Geiss !

Son Instagram
Son site internet

Retrouvez tous les artistes qui ont réalisés des couvertures de Coze par ici

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.