Exposition à découvrir du 2 juillet au 3 octobre à l’Espace d’art contemporain André Malraux de Colmar

Jan Voss aime le chaos apparent, le flux, le proliférant, l’imbriqué. Né à Hambourg en
1936 et installé à Paris depuis 1960, il a emporté avec lui quelque chose de l’énergie
assembleuse de son compatriote Kurt Schwitters et les sculptures/reliefs présentées ici
ne sont pas sans évoquer l’esprit des Merzbau.
Pour ces nouvelles peintures, le programme est celui du « Remue-Ménage ». Les
tableaux sont sans perspective ni centre, le branle-bas y est de rigueur : le regard file
d’un lieu-dit à un autre, de l’esquisse d’un objet au souvenir d’un animal, d’une cahute
minimale à une roue égarée, par mille sentiers et ruelles.
Ce sont aussi des « remue-méninges ». Dans une monographie récente, qui
accompagnait une exposition présentée successivement de 2001 à 2003 dans cinq
musées français, le philosophe Yves Michaud décrivait de façon synthétique ce qui fait
le coeur de l’oeuvre de Voss : « Un défi est lancé à l’unité de la surface. Dans les toiles
banches cette unité est dispersée, soufflée.. ; dans les toiles colorées, elle est disloquée,
cassée. Sauf que cette dispersion et cette dislocation ne vont pas à terme : le tour de
force est en quelque sorte de voir jusqu’où l’on peut aller trop loin, jusqu’où l’on peut
remettre en cause le corps pictural, l’unité d’un possible récit, l’identité de la peinture ».

Espace d’art contemporain André Malraux de Colmar

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

Ajoutez coze.fr sur mon écran d’accueil !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.