Durant le confinement, le fondateur et directeur artistique du laboratoire créatif Pix314 , Julien Voarick, a fait parler de lui, jusqu’au journal télévisé de TF1 ! Chaque soir, cet artisan de l’image strasbourgeois a offert à ses voisins des micro-spectacles visuels et sonores. Cela, à l’aide de belles images – et notamment de portraits de soignants du service de réanimation du NHC pour mettre à l’honneur ceux qui, durant cette crise sanitaire, se sont mis en première ligne-, ses vidéos projecteurs et de ses compétences, qu’il met habituellement au service de nombreux événements en Alsace et dans tout l’hexagone. 

Pour en savoir un peu plus sur cette initiative originale, nous lui avons posé quelques questions. Rencontre avec Julien Voarick.

 

Coze : Bonjour Julien, avant de commencer, pourrais-tu te présenter en quelques mots ?
Julien Voarick : Je suis Julien Voarick, autodidacte dans le monde de l’événementiel et digital et fondateur de Pix314 .

Coze : Pourrais-tu également nous parler de ton activité : Pix314 ?
Julien Voarick : Pix314 regroupe plusieurs activités : de la direction artistique, de la scénographie, du light design, de l’art numérique, de la création vidéo, de l’animation photo, de la conception d’expérience immersive, de la création et conception pop’up experientiel, du mapping, etc.

Coze : Quels sont les événements sur lesquels tu as déjà proposé des installations visuelles et sonores ?
Julien Voarick : Pix314 a 5 ans. Beaucoup d’événements ont été réalisés, par exemple : un pop’up pour la maison Lancôme , le light design et vjing pour Les Electropicales sur l’île de La Réunion, la direction artistique, la scénographie globale et le show Light des 20 ans de Téléhouse au Palais Brogniart , le mega show Light des voeux d’EDF en 2019, un pop up pour Lalalab aux Galeries Lafayette Haussman , les 200 ans de la marque de champagne Billecart-Salmon sur leur
domaine… En Alsace, il y a eu notamment l’installation Furtif sur plusieurs sites, mes multiples collaborations avec mon association Merci Beaucoup , le Longevity festival , l’Expérience Osmose à Saverne…

Coze : Lors du confinement, tu as offert chaque soir un micro-spectacle à tes voisins. Pourrais-tu nous nous expliquer cette démarche ? Comment as tu eu cette l’idée ?
Julien Voarick : Tout simplement une belle surface en face de chez moi, du temps et pas du tout envie de regarder Netflix … J’avais surtout l’envie de continuer mon activité professionnelle en la réinventant dans une version confinement et de pouvoir partager et faire voyager mes voisins et moi par la même occasion.

Coze : Comment as tu mis cela en place ? As tu rencontré des contraintes ?
Julien Voarick : J’ai fait ça dans la même démarche que lorsque je fais une repérage avant production, mais c’est c’était du repérage sur mon balcon (rire) ! Des contraintes, j’en ai eu : les vidéos projecteurs que j’ai sont puissant mais les focales sont longues. Pour faire de grandes images j’ai du « bidouiller » pour assembler 4 vidéos projecteurs pour former une seule image. Sinon la distance, l’angle de projection… Bref, pas très facile, mais réussi !

Coze : D’où proviennent les images que tu as projeté, notamment les portraits de soignants?
Julien Voarick : Merci internet et son vivier de visuels ! Il fallait que ce soit beau visuellement, que ça fonctionne aussi avec le format projeté. Apres banc de montage, choix de musique adéquate : en avant ! Pour les portraits de soignants, Les portraits j’ai proposé mon pote Arnaud Boutilier, qui travaille au service de réanimation du NHC de m’envoyer des portraits de ses collègues pour les projeter sur la façade. Une manière différente de les remercier !

Coze : Comment tes voisins ont-ils accueilli cela ?
Julien Voarick : Très bien ! Et surtout ça m’a permis de tisser des liens avec certain d’entre eux.C’est super cool !

Coze : Sinon, quels sont les événements sur lesquels tu devais te produire qui ont été annulés ?
Julien Voarick : Je devait être en production sur la course de formula E en avril à Paris. Il y a d’autres projets, mais je ne peux pas parler car ils ont été reportés et donc secret encore ! Suspens…

Coze : Quels sont tes projets pour les prochaines semaines/mois ?
Julien Voarick : Dans l’instant présent, mon projet est surtout de ré-inventer ma manière de travailler. J’ai été touché de plein fouet par cette crise sanitaire, comme beaucoup de monde… Je suis à l’arrêt total, donc pour l’instant c’est concrètement le flou artistique. Des pistes… À voir ! S’il y a quelque chose vous le saurez ! Je peux déjà vous dire qu’il y aura un « truc » en octobre et ça sera vachement bien… Et youpi, ce sera à Strasbourg ! Je ne peux pas en dire plus pour le moment.

Coze : Pour finir, quelle est ton analyse de la situation actuelle ?
Julien Voarick : Et bien pour ma branche d’activité c’est la cata… Mais je crois que c’est aussi bénéfique, car cette situation va aussi mettre au défi beaucoup de monde et beaucoup d’entités qui pensaient que tout était gagné d’avance ! C’est un peu comme si on reprenait les mêmes joueurs, mais on changeait de terrain de jeu ! En gros, ça remet tout le monde sur la même marche ! C’est une bonne chose je pense !

Son site : pix314.com

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.