Affronter des créatures surdimensionnées, manier des armes démesurées, participer au progrès de l’humanité. Tout cela est au programme ce mois-ci. Il ne s’agit pas de Monster Hunter World mais de son principal concurrent dans la chasse au monstre sorti le 08 février dernier, GOD EATER 3.

Que vaut-il ? C’est ce que l’on va voir. On ne parlera pas du scénario. Sachez seulement qu’il est très intéressant et est à découvrir soi-même. La réalisation maintenant. Sur le plan graphique c’est très beau et très fluide. Les modèles sont détaillés, les textures fines, les lumières simples mais efficaces et les effets impressionnants. La partie sonore n’est pas en reste, les effets sonores sont convaincants, le doublage japonais est présent (c’est à souligner) et les musiques sont simplement galvanisantes.

Ensuite, le gameplay. Sur ce point, la licence est souvent comparée à Monster Hunter. Mais il y a une différence. Dans God Eater les combats sont nettement plus nerveux et frénétiques mais également plus court. Le seul bémol étant l’aspect répétitif que l’on peut ressentir, il est inévitable si l’on ne cherche pas à le combler. La variété du titre se trouve dans les armes et les techniques de chasse, il faut donc éviter de s’enfermer dans une façon de jouer.

Dernier point et non des moindres : la volonté des développeurs à ouvrir la licence aux novices. Les possibilités offertes par le gameplay sont nombreuses et pour éviter que la somme d’informations à ingurgiter ne soit trop importante, la phase de tutoriel et de prise est bien plus longue et progressive que dans les opus précédents. Il s’agit là d’une raison suffisante pour s’y essayer car la suite promet.

Article réalisé en partenariat avec Ludus Académie , par Enguerran Lenne
logoLUDUS2015.indd

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.