© Femme au turban, Anonyme, 2e moitié du XVIIe siècle (1650 - 1700), huile sur toile, 0,604m x 0,77m

Du 15 mars au 30 mai 2019

A l’occasion des représentations par l’Opéra national du Rhin de l’opéra Beatrix Cenci* d’Alberto Ginastera créé en 1971, le Musée des Beaux-Arts se penche dans une exposition-dossier sur cette héroïne qui enflamma l’imaginaire européen depuis sa mort.

Beatrice Cenci exista bien. Née en 1577 elle appartenait à l’aristocratie romaine. Son père, parmi d’autres forfaits, commit l’inceste sur son propre fils et s’apprêtait à en faire de même sur Beatrice. Un complot familial aboutit au parricide. Malgré les protestations du peuple romain ému par la défense de la fille face à la dépravation de son père, le pape ne gracia pas les meurtriers et Beatrice fut décapitée. Elle avait 22 ans. Son histoire suscita des œuvres dans bien des domaines : peinture (son effigie présumée fut exécutée par Guido Reni ou son élève Elisabetta Sirani), littérature (Stendhal, Dumas, Zweig), théâtre (Shelley, Moravia, Artaud avec des décors de Balthus), photographie (Cameron), cinéma et opéra.

La version peinte conservée au musée du Louvre de la plus célèbre effigie de Beatrice Cenci est présentée dans une salle du musée, y sont également détaillés le contexte, l’histoire, la postérité de ce drame qui marqua durablement les esprits.

Cette exposition-dossier consacrée à Beatrice Cenci est la pièce maîtresse d’une programmation printanière, Printemps de femmes, héroïnes tragiques et artistes « irrégulières » ?, que le Musée des Beaux-Arts consacre aux femmes présentes dans les collections du musée. Héroïnes de récits fondateurs ou artistes, figures mythiques ou historiques, toutes vont s’inviter au premier plan d’une série de visites et d’événements.

Commissariat : Dominique Jacquot, conservateur en chef du Musée des Beaux-Arts en collaboration avec Céline Marcle, assistante de conservation et Aude-Marie Fritz, service éducatif et culturel des Musées de Strasbourg.

* Beatrix Cenci, Opéra en deux actes. Livret de William Shand et Alberto Girri d’après les Chroniques italiennes de Stendhal et The Cenci de Percy Shelley, du 17 au 25 mars 2019 à l’Opéra national du Rhin, Strasbourg, dans le cadre du programme ARSMONDO ARGENTINE.

Musée des Beaux-Arts de Strasbourg
Palais Rohan / 2 place du Château – Strasbourg
www.musees.strasbourg.eu

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.