Les ailes du désir

Brahms, Wagner et Strauss au programme d’une soirée qui s’attache au XIXe siècle triomphant, entre gravité et vitalité.

Le Concerto pour violon et orchestre de Johannes Brahms reste l’une des pièces maîtresses du répertoire romantique allemand. Pourtant elle a nécessité quelques retouches de la part du compositeur, tant l’exécution semblait malaisée, y compris pour des musiciens virtuoses. Chose amusante à signaler : Brahms, grand pianiste, ne mesurait peut-être pas la difficulté qu’il imposait au violoniste… Cette pièce a cependant permis aux solistes les plus talentueux de manifester leur brio. Ce n’est pas un musicien aussi talentueux que le Berlinois Kolja Blacher qui va se dérober devant la grâce mélodique de ce chef d’œuvre ! Avec son Stradivarius “Tritton” de 1730, Kolja Blacher a déjà eu l’occasion de se confronter à cette œuvre extrêmement populaire. Il aura sans doute à cœur, en mémoire du regretté Claudio Abbado, d’en restituer la grande part de vitalité qui anime le final proprement dyonisiaque, d’inspiration tzigane. Au programme également, le Prélude du troisième acte de Lohengrin et l’Ouverture et bacchanale de Tannhäuser de Richard Wagner bien sûr, et le Don Juan, poème symphonique op. 20 de Richard Strauss, une œuvre construite s’appuie sur la notion de désir qui accentue les contrastes du sentiment : élan, noblesse et parfois désespoir. (E.A.)

Concert les 8 et 9 janvier 2015 au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg.

Vidéo diffusée en partenariat avec szenik.eu

szenik

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.