Fort du succès d’une première édition, qui avait duré quatre jours en 2013, « Strasbourg mon amour » célébrera en grandes pompes, cette année encore, la fête des amoureux. Organisée par l’office du tourisme de Strasbourg et de sa région (OTSR) et ses différents partenaires, la manifestation durera dix jours, du 7 au 16 février, dans la capitale européenne.

« Quand on a un rendez-vous d’amour, il faut être à l’heure » sourit Jean-Jacques Gsell, adjoint en charge du tourisme. Cette année, l’équipe de l’OTSR souhaite « capitaliser sur l’image de Strasbourg, ville romantique » et transformer l’essai en action pérenne. L’an dernier, des centaines de visiteurs et de Strasbourgeois avaient participé aux animations proposées dans des lieux insolites et emblématiques de la ville. L’ambition de l’édition 2014 : « que notre ville soit envahie pacifiquement par des hordes de touristes » s’enthousiasme J.J Gsell. Et d’Alsaciens, bien-sûr.

« Strasbourg est l’une des villes les plus romantiques d’Europe » tient à rappeler l’adjoint en charge du tourisme. Pour illustrer ces propos, Annie du Moulin, direction-adjointe à l’Office du tourisme dévoile quelques rencontres amoureuses symboliques dont Strasbourg a été le lieu de prédilection : Laurent Pasteur y rencontra son épouse Marie, Albert Schweitzer son Hélène, d’autres, comme Gutenberg, vécurent une histoire d’amour à l’issue moins heureuse. Strasbourg et ses rues pittoresques, ses colombages et ses cours d’eau exerce « une fascination sur ses visiteurs » note Annie du Moulin.

Glamour et poésie

Certains événements sont conservés, comme « le pont des soupirs » au barrage Vauban et la nocturne au Palais Rohan. Auxquels s’ajouteront des rendez-vous quotidiens et des temps forts dans les lieux « jubilatoires et romantiques » de la cité alsacienne comme la grande soirée inaugurale à l’Opéra national du Rhin. Le menu des dîners d’amour, « des mets et des mots », sera à nouveau confié au doigté des cuisiniers d’Etoiles d’Alsace, « fleuron de la gastronomie alsacienne ». Une trentaine de restaurants et d’hôtels participeront également à l’événement.

Au programme, des références littéraires, comme le parcours dans les musées qui reprend la célèbre « carte du Tendre » et retrace les différentes étapes de la vie amoureuse selon les Précieuses du 17ème siècle, à travers les toiles célébrant l’amour. Des hommages à l’Histoire aussi, telle que la lecture publique de lettres d’amour de Poilus le jour de la Saint-Valentin, à l’occasion du centenaire de la Première guerre mondiale.

Financé à hauteur de 400 000 euros au titre de la taxe de séjour perçue par la Communauté urbaine de Strasbourg, l’événement se veut « ouvert à tout public » tout en étant « rigoureux dans le choix des manifestations proposées. »

Côté boissons, la distillerie Massenez proposera deux créations sucrées et enivrantes : Instants d’Amour by Miss Massenez & son Gentleman. Fruités rouge pour les damoiselles, sucrés jaune pour les damoiseaux, les cocktails de l’Amour auront un goût d’été et de soleil. Avant l’heure.

Alors que la Saint-Valentin devient une fête de la consommation, où le contenu du porte-monnaie devrait prouver les « bons sentiments » des amoureux, pourquoi ne pas en profiter pour associer amour et culture, passion et découvertes ?

Teaser de la manifestation « Strasbourg, mon Amour »

Texte: Camille Feireisen

L’agenda culturel alsacien dans ta boîte mail. S'inscrire à la newsletter Coze

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts.