A Lire!
Accueil » Expo and co » Archives » La nuit ne dormait pas

La nuit ne dormait pas

Du 7 au 28 septembre 2019

La galerie présente la troisième exposition personnelle sur ses cimaises de Bruno Gadenne, artiste peintre né en 1990 (29 ans) installé en région parisienne et diplômé de la HEAR à Strasbourg en 2014.

Le jeune peintre, auréolé du Prix Théophile Schuler 2018, nous revient avec un ensemble de toiles créées ces 3 dernières années, oeuvres qui n’ont jamais montrées à Strasbourg. Ces peintures sur thème de la nature et de la forêt, cher à l’artiste, traitent notamment du sentiment « d’inquiétante étrangeté » que l’artiste déroule dans son oeuvre depuis l’obtention de son diplôme en 2014 de la HEAR à Strasbourg.

Il sera notamment question de cavernes lointaines, dans lesquels le regardant est plongé, un spectateur que Bruno Gadenne convie à son insu dans la pénombre, aux prises avec des nuances sombres de noirs, de gris et de bleus qui créent une très subtile atmosphère, caverne qui s’ouvrent à l’arrière-plan du tableau sur une percée de lumière laissant éclater le vert des mousses, des plantes tropicales et des palmiers.

Quelques œuvres auront une livrée aux couleurs du feu, dans la série des incendies précédemment exposée en 2018, « une sorte d’autodafé de jungles nocturnes sur laquelle le peintre travaille depuis plusieurs années. Les arbres s’embrasent devant nous, le pouvoir hypnotique des flammes nous captive malgré la menace. »

Le titre de l’exposition est tiré de l’oeuvre de Julien Gracq, « Un balcon en forêt ».

Par ailleurs, Bruno Gadenne poursuit son parcours prometteur : le jeune peintre a exposé à Paris au printemps dernier chez Agnès B et expose en cet fin d’été à New York City à la Boutique galerie d’Agnès B pour sa première exposition personnelle aux Etats-Unis, une exposition intitulée Eulogy for a Hornbill.

Voilà six années que je m’applique à représenter l’inquiétante étrangeté de ces forêts qui recèlent leur propre obscurité. Je suis allé les chercher aux quatre coins du globe. Plus récemment, un besoin de renouveau dans ma palette et dans mon sujet me poussa à l’autodafé de cette pinacothèque personnelle. J’y mis le feu, réveillant les contrastes, laissant apparaître les sous-couches bariolées qui se trouvaient d’habitude recouvertes de glacis bleutés.
Ces feux de forêt, bien qu’issus d’une imagerie plus violente, plus mouvementée, me semblent tout autant concernés par cette inquiétante étrangeté, ce sentiment unheimlich qui m’est cher. L’effroi des flammes fait face à la fascination que procurent celles-ci, un hypnotisme corrompu, que je m’efforce de retranscrire par le détail des touches colorées. Des toiles qui se lisent en plusieurs temps, sautant au regard par leurs contrastes, leurs couleurs saturées, puis happant le regardeur feuille par feuille, branche par branche. Au milieu de la nuit, loin des regards : le réveil des grands arbres.
B. Gadenne

Galerie Bertrand Gillig
11 rue Oberlin – Strasbourg
www.bertrandgillig.fr

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le vilain ratel et Charlieafo

Du 3 au 31 octobre 2019 Vernissage : jeudi 3 octobre à partir de Première ...