Accueil » News » Artiste » Laura Sifi, un jeune talent à suivre de près
© Bartosch Salmanski

Laura Sifi, un jeune talent à suivre de près

Ce mois-ci, c’est à la jeune photographe/vidéaste Laura Sifi que nous avons confié la réalisation de la couverture. Nouvelle arrivée dans le milieu professionnel, elle nous laisse entrevoir un incontestable talent pour l’image ! Connue de son entourage pour être celle qui prend des photos partout, tout le temps, elle se distingue par un rapport à l’image très fort mais aussi par un style décalé et mystérieux. Originale et créative, elle ne manque pas d’idées, ni de motivation pour construire un univers qui lui est propre. En tout cas, on vous aura prévenu : Laura est une petite pépite à suivre de près !

Laura est une jeune femme de 24 ans, née en Lorraine, du côté de Nancy. Une région qui l’a vue grandir, avant qu’elle fasse ses bagages pour Strasbourg, où elle a passé un an en Histoire de l’Art, pour finalement se diriger vers la capitale où elle a intégré les Arts Décoratifs. Malgré ce passage furtif à Strasbourg, elle s’est attachée à cette ville, pour laquelle elle a eu un réel coup de cœur, mais également à ses habitants, avec qui elle a pu créer rapidement des liens. C’est donc naturellement, qu’une fois ses études finies, Laura y est revenue pour commencer sa vie professionnelle.

Son travail
Attirée par l’image dès le plus jeune âge, il était naturel pour Laura de se tourner vers les domaines de la photographie et de la vidéo. Encouragée par sa maman couturière, qui lui confectionnait des costumes et son grand-père menuisier, scénographe pour les spectacles qu’elle produisait avec sa petite sœur au milieu du salon, elle a vite compris qu’elle était destinée à un univers artistique. Quelques années plus tard, la période « Skyblog » lui a permis de s’initier à la photographie, invitant régulièrement ses copines pour faire des shootings, qu’elle coordonnait déjà d’une main de maître.

On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a et ce qui compte, c’est de faire les choses ensemble, parce qu’on a envie de les faire ensemble

Les Arts Décoratifs lui ont permis de se former dans divers domaines, ce qui donne aujourd’hui la possibilité à cette jeune femme d’évoluer sur différents médiums. Laura a choisi de se diriger principalement vers les domaines de la photographie et de l’audiovisuel, mais continue de garder la main sur tous les aspects de la mise en œuvre de ses projets, allant de l’écriture, au casting, à la confection des costumes et de la scénographie, jusqu’à la réalisation et la post-production. Elle aime construire chaque projet de A à Z. Cela lui permet une plus grande liberté de création. C’est aussi cette facette de son travail qui l’a amenée à revenir vers une ville à taille humaine comme Strasbourg, lui permettant de travailler sur des projets où elle fabrique tout elle-même.

On a notamment pu découvrir son travail à travers certains clips de T/O, comme « Godzilla », extrait de l’album « Ominous Signs », dévoilé en février dernier, et également sur la pochette, pour laquelle elle a réalisé le visuel. Un artiste qui s’avère être également son amoureux dans la vie de tous les jours, mais aussi son premier soutien, lui confiant la réalisation de beaux défis, comme son prochain clip « Sshhee », qui paraîtra courant novembre. Une réalisation sur laquelle Laura a pu s’essayer à la pellicule 16mm, avec l’aide d’un chef opérateur. Une porte d’entrée qui lui a permis de se faire une place du côté du label October Tone, pour lequel elle produit désormais quelques projets photos. Laura s’est également récemment rapprochée du collectif Noun, qui s’est fait connaître du grand public l’année dernière avec un Cheval de Troie en carton, venu délivrer Strasbourg du marché de Noël. Une rencontre, qui lui a donné envie de s’ouvrir vers l’univers du théâtre de rue, mais aussi vers le cirque et la danse.

Ses actualités
Après le clip de T/O, nous pourrons découvrir d’ici la fin de l’année un autre projet vidéo de Laura : le clip du titre « C’est donc ça » de Leopard Da Vinci. Parallèlement, elle commence à inscrire le court-métrage qu’elle a réalisé dans le cadre de son diplôme aux Arts Décos dans différents festivals. Une fiction de 30 minutes, tournée à Schiltigheim en début d’année, qui s’avère être l’un de ses plus gros projets, et incontestablement le plus personnel. Aujourd’hui, elle ne sait pas ce que ça va donner. Mais si son film est nommé, voir récompensé, cela offrira à Laura la chance de se faire connaître mais aussi de décrocher des contrats, qui lui permettront enfin de vivre de ce qu’elle aime ! Et c’est ce qu’on lui souhaite !

Site : cargocollective.com/laurasifi
Instagram : @laura_sifi

La couv’ vue par l’artiste :
« L’idée de cette couverture c’était de montrer un peu mon univers à travers trois personnages, qui reviennent souvent dans mes projets, dans mes clips ou dans mes films ainsi qu’avec les accessoires et costumes que j’ai l’habitude d’utiliser. On a fait ça sur une journée. On a fait plein de tests, il y a d’autres personnages qui sont venus. Celle-ci, j’ai trouvé qu’elle avait un côté assez joyeux et pour le mois de novembre, ce serait agréable d’avoir un peu de soleil. »

Test du tac au tac :
Quel est ton endroit préféré dans le monde ? Je ne l’ai pas encore trouvé
Si tu devais garder une seule musique, ça serait laquelle ? Melody’s Echo Chamber – Desert Horse
Quel est ton plus gros défaut ? Anxieuse
Si tu devais crier quelque chose dans la rue, ça serait ? Coucou

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Si vous ne connaissez pas encore PLK (pour «Polak», en référence à ses origines), vous êtes réellement passés à côté de quelque chose ! Propulsé sur le devant de la scène avec son premier album «Polak », ce jeune rappeur est incontestablement l’une des révélations françaises de l’année.

Le jeune « Polak », PLK, en concert à Strasbourg pour la première fois

Si vous ne connaissez pas encore PLK (pour «Polak», en référence à ses origines), vous ...