Accueil » Expo and co » Archives » Contrastes
????????????????????????????????????

Contrastes

Du 25 octobre au 7 novembre 2018
Vernissage : samedi 27 octobre à partir de 15h

Si cette expo est placée sous le signe des contrastes, ce n’est pas tant pour les différences très évidentes qui distinguent les deux artistes en présence. C’est plutôt pour indiquer que chacun s’appuie prioritairement sur la recherche des contrastes pour donner relief, vie et mouvement à son travail. L’un avec ses formes et ses couleurs pop, l’autre avec ses volumes à la fois construits, organiques et colorés. C’est cela aussi qui parvient à unir parfaitement ces deux écritures bien différentes et en même temps quand même un peu cousines.

Jean-Luc Girard (peintures)
Ce sont les souvenirs rapportés des Etats Unis qui lui fournissent en bonne part la matière de son imaginaire visuel. Les grands espaces naturels inspirent d’un côté des ensembles multicolores formés d’une accumulation de motifs floraux ou végétaux. Les environnements plus citadins sont restitués sous forme de motifs évoquant les néons des enseignes lumineuses et des publicités avec les logos, les signalétiques et plus généralement les systèmes de signes et de communication visuelle caractérisant le décor urbain contemporain. Jusqu’ici plutôt séparés dans des pièces distinctes, ces deux répertoires de formes tendent désormais à se confronter de plus en plus au sein des mêmes œuvres.

Les compositions sont restituées de préférence sur grands formats, s’accordant aux vastes étendues du grand paysage américain. A l’évidence, les références plastiques se situent résolument du côté du pop art, autant par le choix des motifs que par l’exaltation colorée et le goût des représentations sérielles. Les motifs sont proliférants, foisonnants, obsessionnellement envahissants et s’emboîtent les uns dans les autres. On peut reconnaître dans l’une ou l’autre toile quelques références parfaitement assumées à des figures du pop-art, comme Andy Warhol ou Jasper Johns. Non sans un rien d’ironie.

Daniel Jung (volumes)
A la fois peintre et sculpteur, il pratique pour la réalisation de ses volumes diverses formes d’assemblages à base de matières brutes diverses et de matériaux récupérés : pièces de bois, morceaux verre, chambres à air, bouteilles en plastique usagées, bouts d’ardoises…

Ici, il nous apporte une série d’assemblages de papiers récupérés et roulés ou compressés. Les volumes sont systématiquement pourvus de couleurs ajoutées par grandes coulées et amples projections, réalisées avec une manifeste générosité gestuelle. Les textures et les couleurs imprimées des papiers d’origine restent en revanche bien visibles et contribuent à l’écriture plastique.

Le résultat se traduit par différents types de volumes, les uns évoquant des figures totémiques identifiables à leur élancement filiforme, les autres ressemblant à des constructions, à des machines plus ou moins organiques ou à des morceaux d’architecture brutaliste. Ici et là, des brosses et les tubes de couleurs usagés, ramassés au fond de l’atelier, ont également été réquisitionnés pour compléter la matière de ces assemblages vigoureux, réalisés avec élan et dans une certaine urgence. Par leur aspect général, elles sont en parenté éloignée mais tout de même visible avec les créations des expressionnistes abstraits et des nouveaux réalistes. Elles dégagent une incontestable présence, et donnent une impression de force organique, de libre jaillissement et de dynamique spatiale.

AIDA Galerie
130 Grand’rue – Strasbourg
www.aida-galerie.com

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tomi Ungerer l’Européen

Du 5 juillet au 3 novembre 2019 Le Musée Tomi Ungerer propose de découvrir le ...