A Lire!
Accueil » Expo and co » Archives » « Les Poilus d’ailleurs » de l’association Au Nom de la Mémoire

« Les Poilus d’ailleurs » de l’association Au Nom de la Mémoire

Les 2 et 5 octobre 2018
Vernissage : mardi 2 octobre à partir de 18h00

→ En partenariat avec l’association Strasbourg-Méditerranée

Un hommage en même temps qu’une contribution à la connaissance de ces hommes longtemps oubliés de la Grande Guerre et dont pourtant les mémoires irriguent encore des générations de tous les continents.

En août 1914, les premiers contingents de troupes coloniales arrivèrent massivement en France. Ils participèrent à toutes les batailles et offensives décisives, comme celle de la Marne en 1914, en Artois et en Champagne en 1915, sur la Somme en 1916, dans l’Aisne en 1917, dans la prise du fort de Douaumont, qui marqua un tournant dans la bataille de Verdun, ainsi que dans la défense de Reims en mai-juin 1918. Dans cette énumération, on oublie souvent l’armée d’Orient, majoritairement constituée de coloniaux qui combattirent entre 1915 et 1918 aux Dardanelles et à Gallipoli.

Dans ce premier conflit mondial, l’Afrique du Nord fournira 300 000 soldats, dont la moitié d’Algériens. Leurs régiments feront l’objet du plus grand nombre de citations militaires durant les quatre années de guerre. On lèvera d’Afrique noire, de cette Afrique équatoriale et occidentale française (appellation de l’époque) qui s’étendait du Sénégal au Soudan, quelque 200 000 tirailleurs. Ils sont connus sous le terme générique de Tirailleurs sénégalais, mais pas moins de cinquante ethnies les composent. Ils parlent ouolof, solinké, bambara, malinké ou peuhl.

On retrouvera également des combattants de Martinique et de Guadeloupe, de la Nouvelle-Calédonie, de la Réunion, des Comores, de Madagascar, sans oublier quelques milliers de Somalis ainsi que 50 000 Indochinois. Au total, c’est donc près de 600 à 700 000 hommes des colonies que l’on fit venir des quatre coins de l’empire.

Espace K
10 rue du Hohwald – Strasbourg
strasmed.com

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Franck Leibovici, vitraux et tampons – l’histoire du pixel

Du 5 octobre au 11 novembre 2018 Vernissage : jeudi 4 octobre à partir de ...