Accueil » News » Artiste » Paola Guigou, c’est pas un cliché !

Paola Guigou, c’est pas un cliché !

Photographe et portraitiste, Paola Guigou est une personnalité fraîche et pétillante, et c’est ce qu’on retrouve sans équivoque dans son travail. Une patte reconnaissable parmi mille, qui place le sujet dans un nouvel univers, empli de lumière. Une mise en scène, une construction, mais également une sensibilité et une générosité, au-delà de la technique, qui lui permettent de dévoiler son amour des gens avec une énergie qui lui est propre.

© Bartosch Salmanski

Originaire de région parisienne, Paola Guigou a atterri à Strasbourg par le biais de ses études. C’est aux Arts Décoratifs de Strasbourg, dans la section Arts Plastiques qu’elle a fait ses armes, avant d’être diplômée en 2006. Une école qui lui a permis d’expérimenter, mais aussi de se trouver. Après avoir réalisé de nombreuses images (gravures, sérigraphies), Paola a pris conscience qu’elle les faisait dans le but de faire des tirages et ainsi, que son médium premier, c’était bel et bien la photographie. Un destin l’a vite ramené chez elle, à Paris, où elle a intégré l’École des Gobelins. Une formation de deux ans qui lui a permis d’approfondir ses connaissances et parfaire sa technique en studio.

Son travail
Au fil des années, Paola s’est construit une identité, mais aussi un amour pour le portrait, qu’elle traduit par « la capture d’un moment de vie ». Une patte bien à elle, qu’elle a travaillé au fur et à mesure de ses expériences. Elle a eu l’opportunité d’évoluer aux côtés de portraitistes et photographes de mode en studio de renom, comme François Darmigny, fondateur du 8 by 10 Studio, aux côtés duquel elle a beaucoup appris. La vie a fait qu’après de nombreux contrats, Paola a repris la route de Strasbourg. Une direction vers une ville en mouvement, une ville animée qui lui a permis de se dévoiler. Dès son arrivée, elle a souhaité se trouver un lieu qui lui permettrait de s’éclater. Elle s’est donc associée à la peintre Armelle Boussidan, avec qui elle a fondé, en 2014, l’atelier/studio M33, devenu au fil du temps un vrai lieu d’échanges et de mélange de compétences, comme un co-working créatif. Aujourd’hui, ce sont 10 membres, représentants divers médiums qui officient dans ces murs : illustrateur, photographe, couturier, maquilleur, etc. Un entourage, qui la stimule et avec lequel elle aime collaborer, malgré un métier plutôt solitaire.

Son rapport à la photographie, elle le définit plutôt comme la mise en lumière d’un être, quel qu’il soit. Ce qui la motive, c’est de mettre en valeur une personnalité, mais aussi et surtout de s’adapter à chacune d’entre elle. C’est cette force qui lui a permis de se faire connaître très rapidement dans la région. Ainsi, de nombreuses marques ou entreprises ont décidé de faire appel à elle, comme le Point d’Eau dans le cadre d’un reportage d’illustration pour la saison 2016-2017, l’Hôtel Graffalgar qui lui a laissé carte blanche pour la réalisation de l’une des chambres, le Théâtre de la Choucrouterie pour qui elle shooté le visuel du spectacle Choucroute Merguez, et beaucoup d’autres !

 Ses actualités
Actuellement, Paola travaille sur un projet qui lui tient beaucoup à cœur. Parallèlement aux commandes qu’elle reçoit, et à son poste d’enseignante à la faculté, elle aime travailler sur des thématiques qui ont du sens. Un travail personnel qui s’est construit au cours de sa carrière et qui ne cesse d’évoluer. Elle travaille depuis environ 3 mois sur une série de photos, avec l’artiste performer et plasticien Eric Androa Mindre Kolo, aussi ancien élève des Arts Décoratifs de Strasbourg. Leur travail diffère, mais leur sensibilité les rapproche, on pourrait presque dire qu’ils se complètent. Ensemble, ils construisent des sculptures vivantes, où Paola devient la plasticienne et la metteur en scène et où le corps d’Éric devient une structure à part entière. Nous avons eu la chance de pouvoir présenter l’une de leur réalisation, en exclusivité, en couverture du magazine. À découvrir dès maintenant !

La couv vue par l’artiste :
« En février à Strasbourg, il fait très froid. Moi, j’aime pas du tout l’hiver  donc j’avais envie, à travers cette couverture, de procurer un peu de soleil et de chaleur à tous les lecteurs. Donc sortez vos pulls et vos écharpes, ça va souffler »

Test du tac au tac :
Ton endroit préféré dans le monde ? Sur une jetée en pleine tempête
Si tu devais garder une seule musique, ça serait laquelle ? Goran Bregovic – Le temps des Gitans – Ederlezi
Ton plus gros défaut ? Trop perfectionniste
Si tu devais crier un mot dans la rue, ça serait ? Respire et vie

Site : paolaguigou.com
Facebook : Paola Guigou – Photographe

 

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le rendez-vous annuel inévitable de l’été, la Grande Braderie de Strasbourg, revient et célèbrera sa 60e édition le samedi 28 juillet. Organisée par l’association des commerçants «Les Vitrines de Strasbourg», elle se tiendra sur toute la Grande-Île de Strasbourg, en hyper-centre, de 7h30 à 19h30.

La grande Braderie de Strasbourg fête sa 60e édition

Le rendez-vous annuel inévitable de l’été, la Grande Braderie de Strasbourg, revient et célèbrera sa ...