Accueil » News » FAILE, collectif Street Art basé à Brooklyn, débarque à Strasbourg
FAILE, collectif Street Art basé à Brooklyn, débarque à Strasbourg
FAILE, collectif Street Art basé à Brooklyn, débarque à Strasbourg

FAILE, collectif Street Art basé à Brooklyn, débarque à Strasbourg

FAILE, collectif Street Art basé à Brooklyn, débarque à Strasbourg en mai 2018 à l’invitation du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg dans le cadre des 20 ans du musée.
Un grand évènement vernissage devrait avoir lieu le week-end du 4 mai 2018. Plus d’informations prochainement…

FAILE est un collectif d’artistes peintres, graphistes et illustrateurs basé à New-York (Brooklyn). Il a été fondé par les artistes Patrick McNeil, américain né en 1975 en Californie et Patrick Miller, canadien né en 1976 à Minneapolis (Minnesota). Ils se rencontrent sur les bancs du lycée, dans l’Arizona et fondent ensemble le collectif FAILE en 1999.
En 2000, étudiants en art à New-York, ils font la connaissance de l’artiste Japonaise Aiko Nakagawa qui s’associe au collectif jusqu’en 2006.Ensemble ils découvrent la culture underground New-yorkaise, le Graffiti, et succombent à l’incroyable sensation de liberté que procure cette discipline : immédiate, éphémère, anonyme…
New-York devient un musée à ciel ouvert ! Ils exposent leurs œuvres sur les murs, et viennent contempler l’effet du temps sur leurs créations : ils sont séduit par le caractère éphémère de leurs œuvres.
A l’origine le collectif se nommait ALIFE (traduisez : en vie), mais une boutique utilisait déjà ce nom… Alors en inversant l’ordre des lettres, ils créent FAILE (traduisez : échec), ce nom est immédiatement adopté car ils pensent que l’échec peut conduire au succès.
A trois ils débutent leur projet d’art urbain, ils commencent par prendre en photo les œuvres Street art et Graffiti déjà existantes dans les rues de New-York. Puis ils s’initient à la sérigraphie, aux pochoirs, aux collages, à la peinture, à la sculpture, à la fresque en mosaïque…
Pour annoncer la création de leur collectif artistique, ils réalisent une centaine d’affiches de femme nue qu’ils collent un peu partout dans les rues de Manhattan.
L’objectif est de susciter la curiosité des passants et de créer le mystère. Le Street art de FAILE est plus féminin, il nuance la culture Graffiti de l’époque.
Ils affectionnent particulièrement les images vintage, la culture Pop et les comics. Leur style est influencé par des artistes comme Roy Lichtenstein et Basquiat.
FAILE choisit un chien comme emblème de son collectif, une affiche qui impose un certain ‘mordant’. Peu à peu FAILE impose son Street art sur les murs de New-York.Le collectif voyage et exporte son Street art un peu partout dans le monde comme à Tokyo, Paris, Londres, Barcelone, Madrid, Berlin, Amsterdam, Lisbonne… où il pose des collages, pochoirs ou réalise de gigantesque fresques. Depuis presque 15 ans, le Collectif FAILE diffuse son Street art dans le monde entier.
Bien connu de la scène Street art international, la consécration pour le collectif arrive en 2003 avec deux expositions en solos, l’une à Londres et l’autre à Tokyo.
FAILE se diversifie dans d’autres domaines comme la sculpture, le design, la mode, la musique. Il crée des pochettes de disques, des vidéos, des livres, des illustrations, des logos…
Actuellement, le collectif possède un studio à Williamsburg où il réalise des œuvres sur bois (comme des totems nommés Roue de prières), sur toile ou sur papier. FAILE expose en galerie mais n’a jamais cessé son activisme de rue.
En 2008, il a produit une œuvre en format XXL pour le Tate Modern de Londres. En 2013, le New York City Ballet lui a commandé une œuvre sur le thème de la danse, du ballet : « Les ballets de Faile » : Les artistes y dévoilent une immense tour totem ainsi que de nouvelles peintures. Icônes de l’Amérique du Sud-Ouest, cow-boys, chevaux, aigles… des peintures aux couleurs du Texas.

Source Bio et photo : www.blog.stripart.com

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Temps fort du mois de juillet en Alsace, le festival Décibulles revient les 12, 13 et 14 juillet pour une 26e édition qui s’annonce éclectique et intergénérationnelle.

Encore une belle édition à venir pour le festival Décibulles

Temps fort du mois de juillet en Alsace, le festival Décibulles revient les 12, 13 ...