Accueil » Expo and co » Archives » Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen Âge en Alsace, 1880-1930
Hanap richement décoré offert à l'empereur lors de l'inauguration au château du Haut-Koenigsbourg.

Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen Âge en Alsace, 1880-1930

Du 16 septembre 2017 au 28 janvier 2018

NÉOGOTHIQUE, ENTRE RÊVE ET HISTOIRE
L’exposition Néogothique, fascination et réinterprétation du Moyen Âge présentée à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU) du 16 septembre au 28 janvier 2018 s’inscrit dans le cadre du programme, Strasbourg, laboratoire d’Europe 1880-1930, porté par les Musées de Strasbourg et par l’Université de Strasbourg.

Cent ans avant Game of Thrones
L’événement permettra de se plonger dans les racines du succès récent des adaptations de Game of Thrones ou du Seigneur des anneaux, s’appuyant sur un Moyen Âge fantasmé et spectaculaire qui, quelque cent ans auparavant, alimentait déjà l’imaginaire des artistes européens et notamment alsaciens.

Le projet vise à mener une réflexion sur les représentations du Moyen Âge tel qu’il fut réinterprété par les artistes du tournant du 19e et du 20e siècle, mais également abondamment étudié à cette même époque par les chercheurs de l’Université, à partir du moment où l’étude du Moyen Âge y fut mise à l’honneur sous l’égide de l’historien allemand Harry Bresslau (1846-1926).

Bresslau dirigea, entre autres, la publication des fameux Monumenta Germaniae historica (Documents de l’histoire allemande).

Soutenu par la volonté politique du pouvoir allemand d’ancrer le Reichsland Alsace-Lorraine nouvellement créé dans l’aire germanique, l’étude et la glorification du Moyen Âge connaissent un fort engouement des artistes alsaciens, comme Léo Schnug ou Joseph Sattler dont la grande œuvre, Die Niebelungen, reçoit un prix lors de l’Exposition Universelle de 1900. Sattler, professeur de l’École des arts décoratifs de Strasbourg, contribue d’ailleurs à la diffusion des thèmes médiévaux, source d’inspiration du Jugendstil dans le Reichsland à travers la publication de revues illustrées, d’exlibris ou de portfolios.

Parallèlement, le chantier du Haut-Koenigsbourg, emblématique de cette quête de symboles d’appartenance à la nation allemande, est la réalisation architecturale la plus spectaculaire de cette période.

Le projet Néogothique ! entend dresser un important panorama de la vie artistique et intellectuelle de la ville de Strasbourg et de l’Alsace durant cette période charnière marquée par l’installation du pouvoir allemand puis par le retour de la région à la France. Il s’inscrit dans la démarche initiée récemment par d’autres expositions consacrées à la construction progressive de l’image de la période médiévale en Europe ; on citera notamment les expositions Histoires de cœur et d’épée en Europe 1802-1850 au Musée des Beaux-arts de Lyon en 2014 ou La Légende du Roi Arthur présentée à la Bibliothèque nationale de France en 2009.

Le projet accompagne par ailleurs l’élan de valorisation de la Neustadt, quartier allemand construit entre 1810 et 1918 dont l’inscription récente au Patrimoine mondial de l’UNESCO illustre la volonté des collectivités locales de mieux prendre en compte et de valoriser les réalisations de cette période.

Entre 1880 et 1930, la manière dont l’époque médiévale est étudiée dans les livres scolaires ou présentée dans les livres pour enfants est également représentative d’une certaine volonté de l’Allemagne puis de la France d’inscrire l’Alsace dans le roman de l’histoire de leurs nations. Le Moyen Âge est source de nombreux récits marqués par de grands personnages comme Charlemagne, Clovis, Frédéric Barberousse ou Jeanne d’Arc… À l’échelle régionale, l’histoire de sainte Odile, des épisodes de l’histoire des villes alsaciennes, la tradition viticole séculaire ou encore la Guerre des paysans sont autant d’éléments d’une histoire régionale en cours de constitution.

Durant la Première Guerre mondiale, le Moyen Âge et la figure du chevalier héroïque restent des sources d’inspiration alimentant la propagande en Allemagne, mais aussi en France.

Le retour à la France après 1918 est marqué par l’installation de l’université française avec les études de Marc Bloch (18861944) et Lucien Febvre (1878-1956), dont l’Ecole des Annales transforme l’approche de l’Histoire et notamment de l’étude du Moyen Âge. Si le versant germanique du médiévalisme est proscrit, la période médiévale continue à inspirer les artistes régionaux comme Richard Brunck de Freundeck, Henri Solveen ou Hansi dans ses dernières parutions. La mise en avant des châteaux forts alsaciens vient par exemple abondamment alimenter l’activité touristique en développement.

Bibliothèque nationale et universitaire
6 place de la République, 67000 Strasbourg
www.bnu.fr 

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Strasbourg Laboratoire de Demain – Atlas #2

Du 15 novembre au 22 décembre À partir de la transformation urbaine de la ville ...