Accueil » News » Artiste » Matthieu Leclerc : l’ombre du Shadok !

Matthieu Leclerc : l’ombre du Shadok !

Vous l’avez sans doute remarqué : ce numéro d’avril fait la part belle au Shadok, cette fabrique du numérique qui souffle sa seconde bougie. Et si ce lieu 2.0 s’est aussi bien installé sur le territoire strasbourgeois, c’est aussi grâce à son graphiste, Matthieu Leclerc. Quasiment autodidacte, bavard et infiniment gentil, notre artiste du mois nous fait l’honneur d’une couverture inédite et d’une interview exclusive…

17-03-14 Mathieu Leclerc © Bartosch Salmanski - 128db.fr 0009

Avec un bac technique-électronique et un DUT Communication en poche, Matthieu ne se destinait pas vraiment au graphisme. Mais il n’en reste pas moins que la peinture et les arts plastiques étaient un hobby, un loisir qu’il pratiquait à côté. Voilà d’où vient sa passion du coup de crayon, qu’il a su mettre à profit dans ses différentes expériences. Il a d’abord travaillé dans une petite agence de communication à Colmar, où il a été tour à tour graphiste puis web designer, flasher codeur.
Il a ensuite pris le chemin de Strasbourg, en tant que développeur en flash : il restera alors six ans chez Actweb, en tant que directeur artistique digital. C’est là qu’il prendra son envol : il se lance à son compte, aidé par des amis motivés et un réseau bien construit.

Son travail
Loin d’avoir une matière spécifique, Matthieu fait à présent bien plus de communication et de graphisme qu’à ses débuts, bercés par le digital. Il a donc gagné, avec d’autres, l’appel à projet lancé par le Shadok, qui cherchait des hommes à tout faire pour toutes les facettes de sa communication et son événementiel, avec notamment l’idée de la vitrine interactive, de la signalétique et j’en passe.
Mais Matthieu n’est pas qu’une pièce rapportée du Shadok : on le retrouve aussi dans différents Art Works, comme sur des flyers, CDs, vinyles, affiches et j’en passe. Il collabore également avec des grandes marques de luxe, toujours par le biais d’agence de communication et digitale, mais aussi des petits artisans ou des start-up en devenir.  On retrouve aussi sa patte dans certains projets marketing, une campagne d’une année, un nouveau site, une charte toute belle toute neuve ou encore une refonte complète d’une identité visuelle digitale.
Côté techniques, la suite Adobe reste son meilleur allié mais il passe toujours par le coup de crayon et la planche à dessin en premier lieu. L’étape papier est primordiale, celle de la discussion avec ses clients aussi ! Pour lui, il n’y pas que le beau et l’esthétique qui compte : quand il réalise un support, il raconte quelque chose pour la marque mais aussi pour l’utilisateur. Amener les notions, les vulgariser pour les rendre communes. Hyperactif et perfectionniste, notre artiste du mois travaille de jour comme de nuit, et toujours en équipe, des tas de projets sur les rails.

Ses actualités
Passionné de vélo, retrouvez Matthieu dans le documentaire Les Pédaleurs, co-réalisé avec Jérémie Gentais. Un film qui va d’ailleurs être alimenté d’un site internet, où l’on pourra suivre certains personnages à travers une expérience interactive et poétique. Une deuxième version est aussi dans les cartons, où les défis, les actualités passées et les voyages de pédaleurs seront retracés et actualisés en temps réel.
Sinon, on retrouve encore et toujours l’art de Matthieu à travers la programmation du Shadok et autres outils de communication. Ouvrez les yeux !

La couv  vue par l’artiste
«  Accompagnant La Fabrique du numérique depuis son lancement il y a tout juste deux ans, c’était pour moi l’occasion d’illustrer une couverture spéciale aux couleurs du Shadok : une invitation à fêter, et à déguster, leur anniversaire qui aura lieu en avril.  »

Capture d’écran 2017-04-04 à 16.26.34

TEST DU TAC AU TAC

Ta série : That ’70s Show, à nouveau !
Ta phobie : De n’avoir rien à faire…
Ta musique que tu écoutes en secret car tu en as un peu honte : Je n’en ai absolument aucune idée, j’ai une mémoire de poisson rouge sur les chansons !
Ton petit tic : J’ai les narines qui se « dilatent » quand je me concentre, ça fait rire beaucoup de monde…

Site : www.madgas.fr
Facebook : Madgas.studio

Charlotte Baechler
Crédit photo : Bartosch Salmanski

 

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

À l’occasion du festival Les Scènes d’Ici, les planches de la Laiterie accueillent trois groupes de rock strasbourgeois, Dead End, Spleen Club et Voxfaktur, le 28 septembre à partir de 20h.

Festival Les Scènes d’Ici

À l’occasion du festival Les Scènes d’Ici, les planches de la Laiterie accueillent trois groupes ...