A Lire!
Accueil » Expo and co » Archives » Je peux te voir en peinture

Je peux te voir en peinture

Du 14 avril au 28 mai 2017

Nous vivons aujourd’hui à l’heure de la banalisation de l’image personnelle, de l’étalement de la vie privée où le « moi » nourrit jusqu’aux réseaux sociaux.
Qu’en est-il de l’intime aujourd’hui ? Existe-t-il dans l’art aujourd’hui ? Dans la peinture en particulier ?

L’exposition « JE PEUX TE VOIR EN PEINTURE » s’appuie sur les écrits de Berrebi-Hoffmann Isabelle qui, dans « Les métamorphoses de l’intime.
Repenser les relations entre le public et le privé au travail », Empan, 1/2010 (n°77), défini l’intime et l’intériorité – en tenant compte de l’évolution de leurs sens au fil du temps – selon quatre définitions successives bien distinctes :
– Le familier. C’est l’intime social, les amis intimes, le privé familial et amical.
– Le caché. C’est l’intime construit par retranchement progressif de tous les espaces publics, celui qui échappe à la vue, celui de l’étymologie « l’intérieur de l’intérieur »
– Le subjectif. C’est le for intérieur, le libre arbitre individuel, la vie intérieure, l’imaginaire, la conscience intime.
– Le personnel. C’est ce qu’il y a de plus unique dans l’individuel, ce qui est « uniquement privé » « .

L’exposition évoque ces deux dernières définitions – le subjectif et le personnel – avec des oeuvres qui révèlent l’artiste autant que l’homme, qui donnent à voir les traces que le peintre y laisse, ce que le peintre « a en propre par rapport à ce qui, dans la sphère privée, est commun, c’est-à-dire public » et à sa conscience individuelle ».
Accepter de regarder une peinture, c’est accepter / supporter de voir l’artiste, de voir une part intime de lui-même, qu’il veut bien montrer – à travers le prisme de sa démarche artistique – pour dire et révéler quelque chose de personnel et profond, de manière consciente ou non mais délibérée. Ainsi, cet intime “individuel” peut prendre valeur universelle.
Une peinture qui s’expose, qui touche, qui raconte, qui témoigne, qui émeut, qui pique, qui partage, suscite l’empathie, ou pas, en partageant l’intime aujourd’hui devenu public, en lui redonnant sa force poétique, c’est cela que le Séchoir vous donne à voir / regarder.

Exposition ouvertes aux artistes non-résidents.

Le Sechoir
25 rue Josué Hofer, 68100 Mulhouse
www.lesechoir.fr

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Yummi de Achim Vogel Muranyi

Du 24 février au 11 avril 2018 Vernissage : vendredi 23 février à partir de ...