Accueil » News » Cinéma » Chroniques #52

Chroniques #52

CE QU’IL NE FALLAIT PAS MANQUER
Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar

le ciel attendra

D’un côté il y a Sonia, en pleine déradicalisation après des mois d’embrigadement. De l’autre il y a Mélanie, jeune lycéenne qui aspire à changer le monde, et qui compte bien partir en Syrie. Ce drame français nécessaire retrace les histoires de ces deux familles au cœur de la tourmente. Ce film fiction est à la frontière de la réalité, et le chassé-croisé bouleversant de discussions familiales pointent avec justesse ce sujet – hautement – d’actualité. Le ciel attendra aborde ces questions à travers un jeu d’acteurs saisissant, incarné par Naomi Amarger et Noémie Merlant pour les deux jeunes, et par Sandrine Bonnaire, Clotilde Courau, Zinedine Soualem et Yvan Attal du côté des parents. Un synopsis empreint de réel qui permet aussi de ne pas tomber dans l’amalgame de la religion, et de comprendre ce qui passe véritablement dans la tête de ces jeunes filles, venant de tout milieu social, pour qu’elles aient cette envie soudaine de répondre à l’appel du djihad.
Le petit plus : Dounia Bouzar,  fondatrice du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam qui incarne son propre rôle !

CE QUE VOUS AURIEZ DÛ MANQUER
Cézanne et moi de Danièle Thompson

cézanne et moi

Difficile de critiquer un film réalisé par une telle réalisatrice au CV long comme le bras, et surtout de s’avouer déçu d’un long-métrage qui met en scène deux grands talents du cinéma français : j’ai nommé les Guillaume de choc, Canet et Gallienne. Mais malheureusement leur prestance respective ne fait pas tout, le rythme est un peu trop lent pour ce biopic sur la vive amitié entre Paul Cézanne et Emile Zola. Il reste bien réalisé, d’un scénario bien ficelé mais ne casse pas des briques. Comme l’a dit si bien l’Express : «  Il est trop repassé, trop sage, avec des boutons bien cousus et de l’herbe bien verte. »
Le petit plus : à l’origine, le film s’appelait « Les inséparables »

 

A NE PAS MANQUER
La fille de Brest d’Emmanuelle Bercot, sortie le 23 novembre

la fille de Brest

 

Seule contre tous. Ce drame français reprend l’histoire du Médiator, de la découverte de son caractère nocif à l’éclatement de la vérité dans les médias. Inspiré d’une histoire vraie, ce film fait la part belle au combat d’Irène Fauchon, la pneumologue qui a mis en lumière le scandale de ce médicament destiné aux diabétiques. Ce biopic est signé Emmanuelle Bercot, avec,  côté acteurs, l’excellent Benoît Magimel et la sublime Sidse Babett Knudsen (que l’on a connu dans la série danoise Borgen). Du suspens, une adaptation parfaite, des révélations et un jeu d’acteur qui fonctionne : on y court !
Le petit plus : La comédienne Sidse Babett Knudsen qui s’exprime en français pour les besoins du film !

Charlotte Baechler

 

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les Rencontres Cinématographiques d’Alsace fêteront leurs 25 ans de présence à L’Odyssée, le dimanche 24 septembre à 20h.

Les rendez-vous des 25 ans des RCA Odyssée

L’Odyssée, c’est déjà 25 ans d’histoire dans un cinéma prestigieux qui a 103 ans ! ...