A Lire!
Accueil » News » Artiste » Vincent Muller – Imagier de l’imaginaire

Vincent Muller – Imagier de l’imaginaire

C’est un photographe de qualité qui nous fait l’honneur de sublimer notre magazine ce mois-ci. Vincent Muller, bien connu dans le monde du clic, est un chouette gars comme on en rencontre parfois entre deux expositions. Bavard, avenant, drôle et surtout talentueux, il manie son appareil photo à la perfection, le compas dans l’œil, et l’art au cœur. Plein flash sur cet artiste du mois, qui a pris un malin plaisir à nous dévoiler les coulisses de sa vie.

autoportraits_final_format_coze
Au lycée général, Vincent n’était pas un élève très assidu. Il a alors décidé de se lancer dans une voie plus manuelle et s’est tourné vers un CAP de photographie. Pas forcément prédisposé plus que ça à faire de la photo sa vie, il a finalement bien accroché, et a donc enchaîné avec un bac professionnel, où les profs l’ont « clairement tiré vers le haut » : parole de notre cher Vincent. A la fin de son cursus, notre artiste s’y perd un peu, « je suis même parti un mois au Portugal sans mon appareil photo, c’est pour dire ! » nous glisse-t-il. Il fait des petits jobs alimentaires à droite à gauche, et c’est après cette errance qu’il se retrouve à nouveau sur les bancs de l’école, celle de la photo à Toulouse. Il y reprend goût, entouré d’élèves motivés ainsi que d’intervenants doués et se voit primé en reportage : c’est sa vraie première consécration. Il revient alors en tant que freelance en Alsace, sa terre d’enfance, avant d’accepter un contrat dans une agence strasbourgeoise comme photographe publicitaire, puis à Mulhouse comme photographe culinaire. A présent, il collabore avec  plusieurs agences, une quinzaine en tout. Félicitations !

Son travail

Du média à l’événementiel en passant par la communication, Vincent a plus d’une corde à son arc. Sur son CV, on compte notamment deux ans en tant que directeur photo du magazine WAS, des réalisations pour des agences de publicité et différentes enseignes. Autre particularité, il travaille pour l’agence parisienne Opale-Leemage, spécialisée dans les portraits de personnalités, et réalise également des photos corporate, notamment pour la SIG et le Racing. Tous ses contrats se font au fur et à mesure, à l’aide d’un bouche-à-oreilles efficace et d’un réseau bien entretenu. Et c’est aussi du travail !

Notre artiste appuie sur la gâchette seul, mais travaille également en collectif depuis le mois de janvier, avec Chambre à Part, composé de douze photographes. Le principe ? Ils se retrouvent tous les mois, et exposent ensemble chaque année sur un thème choisi.

Côté techniques,  Vincent Muller œuvre depuis le mois d’avril dans son propre studio, situé… dans son appartement.  Ses influences en matière de photographie sont nombreuses, avec notamment Gregory Crewdson, Erwin Olaf, Pieter Hugo ou des plus anciens comme Marc Riboud, Diane Arbus, Elliott Erwitt.

Notre artiste de cette fin d’année refuse de se ranger dans une case, de se définir un style, même s’il reste majoritairement un adepte des portraits.  Fana du terrain, il est également très attiré par les reportages. Il a d’ailleurs excellé avec Excès, reflet de la jeunesse écossaise ou encore Basel World, shooté pendant un festival d’horlogerie. L’autre projet de notre photographe, c’est celui qu’il réalise avec Caroline Toussaint  à la plume : l’Imagier des Amours. Un recueil de témoignages amoureux, où les sujets ont entre 3 et 93 ans, et plein d’histoires à raconter.  Une cinquantaine de portraits sont à retrouver sur le site web, et sont parfois exposés dans la région. Un livre est également dans les cartons. Affaire à suivre !

Ses actualités

Pour l’instant, retrouvez L’Imagier des Amours made in Geispolsheim. Six histoires de couples sont déjà visibles à l’Espace Culturel de la ville, et d’autres sont à venir. Strasbourg Art Photography accueillera également le travail de notre Vincent local, stay tuned !

La couv vue par  l’artiste :
C’est une photographie extraite d’une série en cours.  Elle n’a pour le moment ni nom, ni fin prévue. En revanche, tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle manquera cruellement d’eau.
couverture

 

Test du Tac au Tac :

Ta série TV du moment ? Shameless
Ta plus grande phobie ? Réussir mes photos (rires)
Ta musique que tu écoutes en secret car tu en as un peu honte ?  On ne change pas, de Céline Dion. Mais pour me justifier, c’est Xavier Dolan qui a réussi à me faire vibrer sur ce morceau dans Mommy !
Ton petit tic ? Je n’ai pas de tic, que des tocs (rires)

Site : www.vincentmuller.fr / www.limagierdesamours.com
Réseaux sociaux : Facebook Vincent Muller Photographies / Instagram Vincent Muller Photo

 

Charlotte Baechler

 

 

 

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

A découvrir

Brumath Lake City Festival, le retour

Grâce à la quatrième édition du Brumath Lake City Festival, partez pour un aller-retour au ...