A Lire!
Accueil » News » Artiste » BlueJeanne – Traits de caractère(s)

BlueJeanne – Traits de caractère(s)

Pour ce dernier numéro de la saison, votre magazine préféré a choisi une artiste pétillante, « aux illustrations douces et féminines hautes en couleurs » comme elle le dit si bien. Artiste permanente à la Popartiserie, illustratrice en série, et surtout personne au talent indéniable, il nous semblait logique de la mettre à l’honneur pour ce beau mois de juin. Généreuse du coup de crayon mais aussi du cœur, Pauline, alias Bluejeanne, est un véritable cadeau pour l’art strasbourgeois. Visez un peu la pointure !

blueJeanne

Aussi loin qu’elle s’en souvienne, Pauline a toujours dessiné : petite, elle parlait très peu, et utilisait alors le crayon comme voie de communication. Au fil du temps, l’expression par l’art est restée dans ses gènes, logique donc de se tourner vers une faculté d’arts plastiques après le baccalauréat.

« Mais ça ne m’a pas plu, pour moi l’art c’est personnel, voire cathartique, alors le fait d’être avec des personnes pour qui le sens de l’art était différent, ça n’a pas accroché » raconte-t-elle. Notre artiste du mois s’oriente alors vers le domaine de la psychologie, longtemps attirée par la social. Mais là, elle se rend compte qu’elle est ni heureuse ni dans l’un ni dans l’autre : l’idéal serait de concilier les deux. C’est ce qu’elle mêle avec ses différentes expériences, acquises ça et là, entre son projet de promotion du droit des enfants et des femmes au Madagascar, ou encore dans son stage d’art thérapie à l’école d’éducateur spécialisé.

Généreuse, Pauline met un point d’honneur à l’accès à la culture et à l’art en général. Aujourd’hui, elle oscille encore entre le domaine artistique et le social, et dessine toujours à ses heures perdues. Une vraie artiste en somme ! Une artiste au nom original, « Bluejeanne », difficile à expliquer mais elle, elle sait d’où ça vient. Et c’est le plus important.

Son travail

Le travail de notre artiste du mois est pour ainsi dire spécial, puisqu’il est très fluctuant : « chaque année, j’ai un espace d’élan, un besoin de créer. Ça vient sans prévenir, où pendant trois, quatre mois, je travaille toute la nuit ». Une sorte d’état de transe, où Pauline reste dans sa bulle, seule avec ses séries qu’elle peaufine de jours en jours (ou plutôt de nuits en nuits!)

Loin des œuvres uniques, Pauline est donc une adepte des séries, très différentes les unes des autres selon de ce qu’elle ressent, et ce qu’elle arrive à en sortir. Pour exemple, pour celle sur l’anatomie,  Bluejeanne a tenté de revenir à l’essentiel au niveau du trait, d’être très sensible au dessin et s’approprier les bases anatomiques. Elle a surtout essayé de prendre du recul, de se détacher de cet art de découper en morceaux, et c’était « émotionnellement perturbant » nous confie-t-elle. De l’autre côté de la balance, il y a sa dernière série : Sacra Feminity. « Là mes émotions sont toutes présentes, j’ai pleuré tout le long, du premier trait jusqu’à l’exposition. » Une vraie thérapie ! Et puis, le maître-mot de son art reste sans doute l’inconscient. Ses séries le sont totalement, puisqu’elle se rend parfois compte de ce qui s’y dégage une fois qu’elles sont finies. « Là, je reconnais certaines de mes émotions, l’ensemble de la série définit quelque chose. »

Des émotions qu’elle fabrique forcément avec son travail d’éducatrice spécialisée, qui lui apporte bien plus qu’elle ne pense. « J’ai surtout deux facettes de moi. Au travail, je dois tout laisser sous contrôle, tout est carré, je suis confrontée à un panel d’émotions mais que je dois intérioriser. L’art, lui,  c’est mon côté sensible, où toutes les émotions se libèrent. » Quand je vous parlais de thérapie, on est en plein dedans !

Côté techniques, Bluejeanne ne jure que par les crayons et les aquarelles, quand le thème s’y prête. Mais quel qu’il soit, on reconnaît toujours sa patte, son trait. Comme tout le monde, elle est inspirée par ce qu’il l’entoure, l’environnement inconscient. Et c’est sans oublier des artistes connus et reconnus comme l’inconditionnel Léonard de Vinci, pour qui elle voue une fascination sans égal. Mais Pauline reste très ouverte à tout type d’art et se nourrit de tout ce qu’elle voit : « j’ai une sensibilité particulière pour les traits, plus que pour la couleur ».

Actualités

On retrouvera notre artiste du mois Place Broglie les 4 et 5 juin, pour l’événement Place des Arts. Et sinon, des tableaux aux bijoux en passant par les objets déclinés, tout est dans le shop de la PopArtiserie, toute l’année. Pour ceux qui n’y seraient pas encore allés, plus d’excuses !

La couv vue par l’artiste

« Superbia Vulvus » fut la première illustration de la série « Sacra Feminity ». Elle concentre mes engagements féministes et artistiques. Elle est pour moi un symbole créateur de sens, de libertés et de réflexions.

TEST DU TAC AU TAC 

  • ta série TV du moment ? Une vieille série, Carnivale
  • ta plus grande phobie ? C’est original, mais le gingembre !!
  • ta musique que tu écoutes en secret car tu en as un peu honte ?  Les Bee Gees, quand je les écoute très très fort
  • ton petit tic ? Je parle toute seule en travaillant et je mords mes lèvres à cause du stress !

  Site : www.bluejeanne.canalblog.com / FB : Bluejeanne

couvbluejeanne

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

A découvrir

Brumath Lake City Festival, le retour

Grâce à la quatrième édition du Brumath Lake City Festival, partez pour un aller-retour au ...