Accueil » Expo and co » Archives » Dualité de la photographe Hurluberlue et Féminités extra ! utérines de la plasticienne Jessica Preis

Dualité de la photographe Hurluberlue et Féminités extra ! utérines de la plasticienne Jessica Preis

Du 5 au 31 mars 2016
Vernissage : jeudi 10 mars à partir de 19h

Dualité – Hurluberlue :
Dualité définition : nom féminin
Caractère de ce qui est double en soi ou composé de deux éléments de nature différente : la dualité de l’être humain.
Projet photographique :
Une histoire de doubles, de fantômes et de ressentis.
Ces images se veulent simples, neutres, afin que chacun puisse s’identifer. Il existe une dualité fondamententale de l’être humain : ses différentes facettes. Cette Dualité est tantôt en opposition tantôt en concordance, parfois un duel interne parfois un soutien. Ici sont représentées plusieurs Dualités : la Division – Unité, la notion de second moi.
Les différentes personnes présentes sur les clichés sont parfois des amies, parfois des inconnues. Mais chacunes d’elles a été séduite par le projet et par la possibilité qu’il offre de mettre en scène ses propres dualités.
Le double est un alter-ego, un autre moi. Néanmoins, cet autre moi peut ausi bien être différent que similaire. Pour moi, le dualisme dans la représentation n’est pas seulement la démonstration d’une théorie ou d’une pensée de la doublure. Mais aussi le constat d’une dynamique interne à l’oeuvre dans laquelle les différences et similitudes contribuent à forger la personne. Pour Merleau-Ponty, l’invisible n’est pas l’opposé du visible mais plutôt sa doublure.

Féminités extra ! utérines – Jessica Preis :
« Jeune artiste-plasticienne, ma pratique s’épanouit autour de l’Art Textile, par lequel je m’applique à questionner le corps, la sexualité et l’identité – en lien avec la bienséance, les tabous, l’individu socialement construit, … -, à travers des productions aux dimensions à la fois organiques et sociologiques. D’un point de vue purement plastique, je travaille de préférence des petits formats en volume, qui me demandent patience et rigueur, afin d’aboutir à un travail ouvragé dans lequel tissus et fils s’entremêlent de façon délicate, mais dont la douceur apparente s’avère rompre avec les sujets traités. Malgré la mise à distance issue des matériaux choisis, mes productions présentent un aspect figuratif indéniable, qu’il me plaît de mettre en scène dans différents espaces, afin de porter mes propos. »

La Station
7 Rue des Écrivains, 67000 Strasbourg
www.lastation-lgbti.eu

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Transmergence #01

Du 8 juin au 19 septembre 2019 Vernissage : vendredi 7 juin à partir de ...