A Lire!
Accueil » Expo and co » Archives »  » COLOMBIAN (WITHOUT) APPAREL  » de David Rodriguez

 » COLOMBIAN (WITHOUT) APPAREL  » de David Rodriguez

Du 19 mars au 8 mai 2016
Vernissage : 19 mars 19h

David Rodriguez poursuit, à l’occasion de son exposition personnelle, une réflexion identitaire par le prisme de représentations dédié à la thématique du nu et du fétichisme. Ces œuvres s’inscrivent dans son iconographie érotique et pornographique qui lui sert de véritable langage pour exprimer ses fantasmes et obsessions mais également ses questionnements et doutes, les siens comme ceux des autres. Bien que le sujet demeure sensible, David Rodriguez se permet tout de même une touche d’humour, sûrement pour mieux interpeller.

Cet humour se retrouve dans sa version quelque peu originale d’une annonce matrimoniale à la chinoise. Cette œuvre, réalisée au crayon et à l’encre de Chine sur papier, rappelle ces notices de candidates et candidats au mariage échangées sur la place du Peuple à Shanghai. Le comique de son annonce vient du fait qu’il ne suit pas tout à fait la ligne éditoriale établie. En effet, si son texte décrit ses qualités, comme attendu, il mentionne également ses défauts, détails exclus de toute annonce convenable. Au passage, il ose s’y représenter complètement nu, ce qui ajoute à l’indécence de son offre.

« J’ai toujours admiré les corps nus […] je n’y peux rien, c’est une obsession ». Obsessionnel, David Rodriguez l’est aussi au sujet de la culotte qu’il traite comme un fétiche plein de sensualité. Ainsi en témoigne sa série de représentations de sousvêtements féminins et masculins portés par différents postérieurs, dont le sien. Cette série peut être mise en relation avec les photographies sur le travestissement et l’érotisme du photographe français Pierre Molinier. Mais l’humour ne manque pas, puisque David Rodriguez associe de manière ludique ces portraits de derrières à des portraits de faces réunis dans une série de photos représentant ses homonymes découverts sur internet.

David Rodriguez, né en 1984 à Bogota en Colombie, étudie les arts plastiques aux Beaux-Arts de Nice et de Nancy. Il se forme également à l’Université Paris-Sorbonne en réalisant un master professionnel « L’art contemporain et son exposition ». Entre 2014 et 2015, l’artiste français d’origine colombienne séjourne à Shanghai dans le cadre du programme de recherche Offshore « Création et mondialisation », grâce à un partenariat entre l’ENSA de Nancy, l’Université de Shanghai et le Rockbund Art Museum de Shanghai.

Remarqué par la Galerie Le point Fort à l’occasion du 59e Salon de Montrouge, l’artiste produit depuis plusieurs années des œuvres évoquant indifféremment le voyeurisme, le fétichisme, l’érotisme, la pornographie, voire le masochisme, en excluant toute vulgarité. Son inspiration va des représentations libertines du XVIIIème siècle aux séries de photos contemporaines.

La finalité de son travail en quelques mots ? C’est Christian Berst, collectionneur et galeriste français, qui le résume parfaitement: « David Rodriguez […], en libertin du XXIème siècle [est] attaché à rappeler que le vrai péché ne serait pas être tant dans l’assouvissement du plaisir, mais davantage dans la contrariété de notre nature. Et, ce faisant, porte une estocade délicieuse et salutaire à une société de tartufes, malade de ne pas savoir reconnaître que son « obscur objet du désir » n’est rien d’autre que la plus vitale des pulsions ».

 

A la Galerie Le point Fort
Ancien Abri n°A28A · Rue de la Côte RD 31
67206 Mittelhausbergen
www.lepointfort.eu

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Yummi de Achim Vogel Muranyi

Du 24 février au 11 avril 2018 Vernissage : vendredi 23 février à partir de ...