Accueil » Expo and co » Archives » Une grammaire de la pluie – Vincent Schueller

Une grammaire de la pluie – Vincent Schueller

Du 20 novembre au 20 Décembre 2015.
Finissage : le 20 décembre à 18h30
Vernissage : le 20 novembre à 18h30

« Pour résumer, les procédures de feuilletage impliquent simultanément la visualisé et la tactilité, l’ordre et le désordre dans des espaces plastiques uchroniques ; elles aident ainsi à comprendre aujourd’hui par l’art la complexité des dispositifs de production des symboles visuels, désormais absorbés par l’organisation mondiale du commerce et de l’industrie » Jean Arnaud, L’espace feuilleté dans l’art moderne et contemporain, Aix-en-Provence, Presse Universitaire de Provence, 2014.

La rencontre entre Vincent Schueller et l’art ne date pas d’hier. Enfant déjà, Vincent prenait plaisir à déambuler dans les musées d’art ancien et à s’exprimer par le biais du dessin. Adolescent, il est particulièrement intéressé par la photo, puis par les photo-montages.
Artiste dans l’âme et bac scientifique en poche, Vincent Schueller décroche d’abord un BTS Audiovisuel à Montbéliard avant de rejoindre Le Quai, l’Ecole Supérieure d’Art de Mulhouse où il s’y formera pendant 3 ans. Il poursuit ensuite sa formation à la faculté des arts plastiques à Strasbourg et obtient successivement et avec brio une licence puis une maîtrise d’Arts Plastiques. 14 années plus tard, il retourne se former à l’université, à St Etienne cette fois et réussit un Master 2 « Recherche en Arts Plastiques, Design et Sciences de l’Art », mention très bien.

Une des plus grandes références et influences artistiques de Vincent Schueller est sans aucun doute le peintre et sculpteur allemand Max Ernst, un des acteurs majeurs des mouvements Dada et surréaliste du début du XXème siècle. La rencontre avec Max Ernst et le surréalisme aura complètement bouleversé la vision du monde de Vincent, désormais adepte d’art moderne.

Vincent Schueller est aujourd’hui un artiste plasticien multi-disciplines: peinture, sculpture, photographie, dessin, travaux graphiques… qui aime intégrer les nouvelles technologies et techniques numériques dans son travail artistique.

Grand observateur du monde qui l’entoure et toujours très intéressé par la sociologie et les sciences humaines, Vincent Schueller traite, avec ses œuvres artistiques, de la relation entre l’individu et le monde contemporain. Il travaille sur les codes, signes et symboles de notre époque, sur le langage, le sens des choses, la culture ou l’actualité qu’il essaye ensuite de traduire en volume ou en peinture. Vincent Schueller, au travers de son art conceptuel, cherche à faire réfléchir, à interpeller les consciences. Le travail de l’artiste mulhousien est toujours teinté d’humour, le rire et la satire étant pour lui un moyen de faire passer ses messages et critiques de façon plus rapide et efficace.

L’artiste dans ses propres mots : « Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. » Francis Picabia Je cherche des points de jonction entre Sujet, société et art, par des « traits » qui échappent à une pensée monolithique. Ici intervient le jeu sur le mot, l’image et l’objet. Il s’agit de ménager des passages, de relever les paralogismes, de multiplier les formes d’expression, de fluidifier la notion de style. C’est comment parler du changement continu et mettre à jour le non-dit.

Le Séchoir
25 Rue Josué Hofer –  Mulhouse
www.vincentschueller.fr
www.facebook.com/vincent.schueller.7
www.lesechoir.fr

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Christophe Hohler

Du 21 septembre au 19 octobre 2019 Vernissage + performance sur le quai des Bateliers ...