A Lire!
Accueil » News » Artiste » Louise Nakos – On Nakos bien se tenir!

Louise Nakos – On Nakos bien se tenir!

Nom : LOUISE NAKOS
Age : 23 ans
Dans ton casque : Bonobo, The Herbaliser, Batida
Spécialité : illustratrice
QG à Strasbourg : What the Cake, La Mandragore
Site web : www.louisenakos.com

Capture d’écran 2015-01-08 à 15.01.08

En quatre saisons de Coze, on n’avait jamais eu affaire à une illustratrice qui anime avec talent les livres destinés à la petite enfance. 2015, nouvelle année, nouveau départ, et c’est chose faite ! Louise Nakos, jeune artiste locale à la voix discrète mais à la dextérité certaine a accepté d’honorer ce virage, et de représenter avec conviction ce type d’illustrateurs encore trop méconnus.
Un travail de précision, en étroite collaboration avec des auteurs, que Louise exerce avec brio. Focus sur cette tranche de métier qui ne demande qu’à être connue. Et pour cause.

Louise a toujours aimé dessiner, depuis toute petite. Cette jeune dijonnaise fréquentait des ateliers dessins en dehors de l’école, et réalisait des tas de portraits  à la maison. Lancée sur cette voie, elle décrocha ensuite son bac littéraire spécialité arts plastiques à Dijon. En sortant du lycée, son rêve de gosse était toujours présent, celui d’intégrer une école d’illustration. Et ce ce qu’elle fut sans obstacles, à Emile Cohl Lyon, où les illustrations prennent le pas sur les arts à proprement parler. Après sa validation de master en quatre ans, Louise prit ses clics et ses clacs et s’installa à Strasbourg, où elle est actuellement illustratrice en freelance.  D’origine grecque, Louise a choisi de signer ses œuvres de son vrai nom, tenant à ses origines et son identité. D’ailleurs ses œuvres, parlons-en.

Son travail

Fort de son talent, Louise décrocha son premier contrat avant même de finir son école. Cet embauche lui a donc permis de ne pas faire de coupures, de se plonger directement dans le monde du travail une fois diplômée, sans se poser de questions. Ce contrat visait la petite enfance, puisqu’elle était chargée de réaliser toutes les illustrations du livre « Bébé Caramel », sorti aux éditions du sablier en juin dernier.

Ce travail de commande a eu le temps de bien mûrir, puisqu’elle a reçu le texte près d’un an avant de s’y atteler réellement. Écrit par un tiers sous forme de texte musical pour les touts petits, ce livre ne lui a pas valu de grandes difficultés : «  les images me sont venues toutes seules, le texte étant déjà un peu sous forme de comptines très colorées ».

Notre artiste du mois a également travaillé avec la Compagnie après la pluie, association qui œuvre pour le divertissement des enfants à l’hôpital de la Timone de Marseille. Les enfants malades ont en effet participé à différents ateliers d’écriture, où ils ont écrit des texte sur les thèmes des animaux et du voyage. Louise les a ensuite mis en illustration, et s’est également occupée de la couverture et la mise en page du livre.

Ses techniques

Au niveau de son travail, on peut lui déceler deux univers bien distincts. Le premier est fait de beaucoup de crayons de papiers, dessin parfois teinté ensuite sur Photoshop. Le second est tout à fait numérique, sans passer par les outils manuels. La nouvelle technologie lui permet de mieux rendre les couleurs vives et pêchues, et de varier les différentes matières sans soucis de relief.

Adepte du noir et blanc, Louise doit tout de même s’exprimer en couleurs, notamment pour les illustrations destinées au secteur de l’enfance.

Sa manière de travailler est originale mais réfléchie. Selon elle, « il est plus intéressant quand on est illustrateur de s’inspirer d’autres choses que l’illustration, comme un réalisateur qui s’inspire des livres, d’autres choses que de son domaine. » Cette façon de s’inspirer évite ainsi le plagiat involontaire, et permet aussi d’apporter bien plus de richesses à ses œuvres.  Traînant souvent dans les musées, Louise s’ouvre beaucoup à la culture du monde, ce qui se voit d’ailleurs dans ces choix de textes souvent étrangers, comme avec par exemple celui sur la mixité culturelle, ou encore sur le texte maya. 
Travaillant en musique « bien vitaminées » dans son nouvel atelier au sein de Ludus depuis septembre dernier, mademoiselle Nakos n’est pas trop du matin, plutôt de l’après-midi… voire même du soir ! L’adrénaline et le rush sont ces crédos, et les deadlines ne lui font pas peur. Une vraie de vraie !

Ses actualités

Au menu 2015, on compte bien évidemment son projet personnel, celui d’un livre numérique sur tablette. Ayant pour thème la mythologie grecque, Le Toucher d’Or raconte l’histoire du roi Midas, expliqué pour les enfants. Là encore, elle illustrera et mettra en page ce projet de diplôme, où certains élèves de Ludus lui donneront d’ailleurs un coup de main sur le développement numérique.

Sinon, elle est également sur un livre en – probable –  auto-édition avec des amis, une auteure et un relayeur. Cette histoire destinée à la jeunesse parlera des aventures d’un petit loir. By the way, il est à croquer, on en a vu quelques croquis, parole de Coze.

Capture d’écran 2015-01-03 à 19.31.46

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les anciens bâtiments industriels de la Coop constituent l’un des sites structurants du projet urbain Deux-Rives / Zwei Ufer, qui traduit sur plus de 250 hectares l’ouverture de Strasbourg sur le Rhin et lʼAllemagne.

Un week-end pour découvrir le quartier culturel et les artistes de la nouvelle COOP, La Virgule

Les anciens bâtiments industriels de la Coop constituent l’un des sites structurants du projet urbain ...