Accueil » News » Cyrano de Bergerac au TNS

Cyrano de Bergerac au TNS

Pour clôturer l’année 2014 avec panache, le TNS propose jusqu’au 21 décembre un grand classique de la littérature française, Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, mis en scène par Georges Lavaudant. La pièce met en duel la beauté de la langue et du mot face à la beauté physique.

« Moi, monsieur, si j’avais un tel nez, il faudrait sur le champ que je me l’amputasse ! »

Cyrano de Bergerac est un soldat gascon dont les prouesses militaires sont connues de tous et dont la rhétorique est aiguisée comme la lame de son épée. Il possède deux armes : l’épée et le mot. Il est habile aux armes autant qu’à la maîtrise des joutes verbales et sa langue peut être plus tranchante que sa lame. Mais Cyrano est affublé d’un nez, d’un pic, d’un roc, d’un cap, que dis-je d’un cap, d’une péninsule qui en fait l’incarnation de la laideur. « Ce fatal cartilage » responsable de son immondice l’handicape et l’empêche de déclarer sa flamme à sa cousine, la belle Roxane qu’il aime en secret depuis toujours.

Seulement, Roxane aime Christian, nouvelle recrue de la compagnie des Cadets de Cyrano et supplie son cousin de protéger le jeune soldat. Cyrano, qui incarne la figure de la fidélité héroïque aussi bien au combat qu’en amour, accepte. Il va, dès lors, tout mettre en œuvre pour réunir les deux amoureux et va associer sa langue et son esprit à la beauté physique de Christian afin de séduire la belle Roxane.

Georges Lavaudant s’approprie ce grand classique de la littérature dans cette mise en scène fidèle. La pièce est réputée dure à monter, tant par le nombre important de personnages, par les changements fréquents de décors, que par l’importance du personnage éponyme qui incarne à lui seul plus de la moitié des tirades de la pièce, soit près de 1 600 vers.

Mais ce défi est amplement réussi avec la mise en scène de Georges Lavaudant. Les décors sont simples, sobres mais efficaces. Un buisson central, dense et imposant, qui se transforme au gré de la pièce, tour à tour scène de théâtre, balcon de Roxane, tour de guet, ou un arbre en automne. Des jeux de lumières et de sons en début de chaque scène permettent de comprendre et de visualiser le lieu. Les costumes alternent entre modernité – certains personnages portent le costume-cravate – et classicisme – les perruques, robes d’époque, éventails, etc. sont de sortie – conférant à la pièce une double tonalité et jouant avec humour et second degré sur les codes classiques. Mais la mise en scène reste fidèle à la pièce.

Georges Lavaudant prête le nez du célèbre Cyrano à Patrick Pineau qui incarne le soldat à la perfection. Patrick Pineau habite Cyrano, ne fait plus qu’un avec le grand orateur, débitant, maîtrisant son texte. Il nous fait rire, nous attendrit, nous transporte jusqu’à la Lune, et va mène jusqu’à nous tirer quelques larmes. Patrick Pineau apprivoise Cyrano. Autour de lui, Marie Kaufmann incarne une Roxane douce et forte, Frédéric Borie, un Christian sympathiquement touchant, ou encore Gilles Arbona, un comte de Guiche ridiculement méchant.

Cyrano de Bergerac, véritable chef-d’œuvre de la littérature française, est à découvrir jusqu’au 21 décembre au TNS.

www.tns.fr

Photo : Marie Clauzade
Texte : Camille Grossiord

 

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Les 22 et 23 juin, l’INA et la Ville de Strasbourg proposeront une immersion dans l’univers d’Alain Bashung à travers la richesse de ses fonds d’archives.  Dans la rue du Jeu des Enfants ; l’espace urbain, les commerces et les cours intérieures seront le théâtre d’une exposition à ciel ouvert accessible à tous.

« Bashung comme un écho », un week-end événement à Strasbourg !

Les 22 et 23 juin, l’INA et la Ville de Strasbourg proposeront une immersion dans ...