Accueil » Expo and co » Archives » Intérieurs – Aurore Valade

Intérieurs – Aurore Valade

Du 12 septembre au 12 octobre 2014
Vernissage le 12 septembre à 18h

La mission que se fixe Aurore Valade, est de photographier ses proches, ou plus généralement, des sujets contactés après des annonces passées dans les journaux, un peu comme l’avait
fait Sophie Calle pour certaines de ses séries. Une fois face à face, Aurore Valade confronte ses sujets à son projet photographique : ce n’est pas tant leur portrait qui les intéresse, que
de les laisser exposer une part de leur vie intime à travers leurs intérieurs, leurs lieux de vie, ou, telle une réalisatrice de films, les conduire à (re)jouer des scènes de leur quotidien,
réelles ou fantasmées.  Elle y pose une condition : chaque intérieur, ou chaque scène doit comporter des éléments  significatifs qui ramènent à un contexte précis, à une histoire personnelle, véritables
témoignages de l’époque.  Aurore Valade ne photographie que des personnes qui interprètent leur propre rôle, dans leur propre intérieur. On note souvent la présence de clichés, reflets significatifs d’une
situation sociale, économique ou culturelle mais aussi certaines valeurs qui questionnent les limites du privé. Cette scénographie confuse et chaotique a pour objectif la subversion de l’insconscient du spectateur. L’acte photographique est conçu comme une véritable performance qui réclame du temps : la rencontre, la mise en scène et la prise de vue.
Dans toutes ses séries, l’inventaire prédomine. Dans une attitude descriptive très balzacienne, l’environnement dans lequel il vit, et qu’il se choisit, dit autant, sinon plus, que le personnage
lui-même. Les détails jouent un rôle important et le traitement numérique qu’Aurore Valade utilise est primordial.
Elle monte en sandwich plusieurs négatifs, met en avant les parties les plus intéressantes d’un corps, d’un vêtement, d’un visage, déplace un animal, change la couleur d’un objet, d’un
accessoire vestimentaire… Rien, dans ces retouches, n’est gratuit. Comme elle l’explique elle-même, « ces artifices soutiennent la qualité informative de mes images ».

L’exposition présentée à La Chambre revient sur dix années de création.
Intérieurs avec figure, 2004-2008
Série de 6 photographies, 82×100 cm
Commencée en 2004 dans le sud de la France, la série “Intérieurs avec Figures” représente
des personnes qui interprètent leur propre rôle dans leur intérieur. Ces mises en scènes de
la vie quotidienne reflètent une situation sociale, économique ou culturelle de notre époque
tout en questionnant les limites de l’espace privé.
Ritratti Torino, 2009-2010
Série de13 photographies, 80×65 cm
La série Ritratti Torino réalisée en Italie s’inspire des portraits de la renaissance italienne
et des vedute, aussi bien que d’images ethnologiques en jouant sur différents modes de
représentation et de récit. Chaque image s’offre comme une chronique du quotidien ou
les objets ramènent à l’identité du personnage et à l’actualité contemporaine (journaux,
télévision et magazines dont on peut lire les principaux titres sont placés en premier plan).
L’environnement dit le personnage mais le personnage isolé de son contexte par un fond
blanc est absent et ne dit rien. S’ensuit une série de visages qui s’ignorent et nous ignorent
dans une accumulation d’objets, d’images et de récits.
INTÉRIEURS MEXICAINS, 2014
2 photographies
Cette série présente plusieurs portraits mexicains : des artistes, artisans, intellectuels et
sportifs qui ont tous en commun une passion pour la culture populaire mexicaine. Ils sont
des passeurs de cette culture par leur travail mais aussi par leur mode de vie. Dans leurs
intérieurs ils accumulent des objets témoins des mélanges et métissages, des objets antiques,
traditionnels et folkloriques, des oeuvres d’art et des images populaires qui racontent le
Mexique d’hier et d’aujourd’hui.

 

La Chambre – Strasbourg
4 place d’Austerlitz –  Strasbourg
www.la-chambre.org

 

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Matrice de Marie-Anne Pouhin et Rasvan Sacaleanu

Jusqu’au 23 juin 2018 « D’une rencontre naît une substance. D’une rencontre naît une forme. ...