Accueil » News » Artiste » MARCELIN

MARCELIN

Capture d’écran 2014-03-29 à 15.14.56

IDENTITE : Maxime Kaelbel
AGE: 30ans
SPECIALITE : Le graphisme,avec tout ce que ça inclut.
DANS SON CASQUE : James Blake, Moderat et Jake Bugg
SON QG A STRASBOURG : Le Trolleybus, la Laiterie.
SITEWEB: marcelin.biz/viandefraiche.tumblr.com

VAINQUEUR DU CONTEST DE LA MEILLEURE CARTE DE VŒUX DE L’ANNÉE, C’EST TOUT NATURELLEMENT QUE COZE MET À L’HONNEUR POUR CETTE COUVERTURE DE MARS L’ARTISTE STRASBOURGEOIS MAXIME KAELBEL. PLUS CONNU SOUS SON NOM D’ARTISTE MARCELIN, CE GRAPHISTE GRAVIT LES ÉCHELONS À VITESSE GRAND V. FREELANCE OU COLLECTIF, IL EST SUR TOUS LES FRONTS. EN AVANT !

«ATTIRÉ PAR LES CORPS HUMAIN ET LES PORTRAITS, BREF TOUT CE QUI TOUCHE À L’ANATOMIE, MARCELIN VOUE UNE RÉELLE SENSIBILITÉ À CES SUJETS. »

Tout petit, notre artiste local était partagé entre l’envie de dessiner des chats ou des pochettes d’album d’Iron Maiden. Et c’est sans doute de cette ambiguïté qu’est né son amour pour le dessin, la peinture et le graphisme. Après une section arts plastiques en cycle secondaire et un cursus entamé aux Beaux-arts de Nancy, il se réoriente vers plus de création, avec le DUT Services et Réseaux de Communication d’Haguenau. C’est cette formation en deux ans qui lui a permis d’élargir son champ d’action et de surtout apprendre tous les fondamentaux du graphisme.
Véritable terre de rencontres, ce cursus lui a permis d’étoffer son carnet de relations, et de se lancer ensuite en agence pour gagner sa vie, et dans l’illustration et la peinture, à titre plus personnel.
En freelance depuis 2013, il fait également parti d’un collectif. Parlons-en.

«NOUS SOMMES LÉGION» S’OCCUPE DE LA COMMUNICATION D’ANATOPIK, DU THÉÂTRE JEUNE PUBLIC MAIS AUSSI DE LA LIBRAIRIE KLÉBER

NOUS SOMMES LÉGION

Collectif de six personnes fondé par Benoît Schupp / Ogrrr, « Nous sommes Légion » allie les compétences web techniques à celle des graphistes,basées sur une vocation culturelle. Loin d’être des amateurs, « Nous sommes Légion » s’occupe de la communication d’Anatopik – une marque de prêt-à-porter pour femmes-, du Théâtre Jeune Public mais aussi de la librairie Kléber. Rien que ça !
Sinon, le nom d’artiste de Maxime Kaelbel a toujours été un grand problème. Son pseudo « viande fraîche » est né de ses travaux plus personnels en agence. Il s’est ensuite transformé en Marcelin, son deuxième prénom, pour le caractère plus production de ses œuvres.
Oscillant entre les deux, notre artiste local nous a juré d’arrêter les pseudonymes en 2014, et de reprendre enfin sa vraie identité. Scoop !

SON UNIVERS

Vous l’aurez compris, son activité principale reste le graphisme. Mais son gagne-pain mis à part, Maxime aime se consacrer à la peinture acrylique ou à la technique mixte comme avec de la pierre noire, sorte de fusain, ou la peinture à l’eau.
Attiré par les corps humain et les portraits, bref tout ce qui touche à l’anatomie, Marcelin voue une réelle sensibilité à ces sujets. Cette année, il aimerait d’ailleurs développer plus de portraits, souvenir de la toute première peinture de sa carrière. Caractérisées par la couleur bleue, ses peintures restent plutôt fidèles à son style. Quant à l’illustration, elle lui permet de prendre un tout autre plaisir du travail, où le fait-main définit son péché mignon : après un scan ou une photo, le numérique de Photoshop lui permet un travail de composition, avec plusieurs dessins à confronter si l’envie lui prend.
Relevant d’une méthode de travail assez traditionnelle, isolée et en musique, notre artiste du mois se lance dans ses créations dès que le temps lui permet. Guidé par ses mentors qui sont Lou Ros ou l’anglaise Jenny Saville, il compose ses envies à coups de pinceaux, pour notre plus grand bonheur.

Capture d’écran 2014-03-29 à 15.15.10        Capture d’écran 2014-03-29 à 15.17.13

SES ACTUALITÉS

Venants tout juste de déménager dans de nouveaux locaux avec son collectif (rue Oberlin, pour les fans…), Maxime et ses collaborateurs partagent maintenant des bureaux classiques avec un pôle développement et graphisme, et avec également un atelier, plus laboratoire, où la création et le plaisir sont les maîtres-mots. Et pour lui, c’est la peinture !
Sinon au programme de l’année 2014, notre artiste du mois de mars compte bien travailler sur la thématique du double « je », avec une priorité sur un travail de portrait. Maxime aimerait confronter des gens qui ont des orgasmes, avec d’autres qui sont en souffrance. La comparaison de cette petite mort l’attire, même si le film«Nymphomaniac» l’aunpeufreiné,nevoulant pas faire de parallèle avec ce long-métrage de Lars Von Trier.

A côté de ça, notez la réalisation d’un livre dédié à la photographie jetable avec le projet communautaire www.uuuu.se en partenariat avec Nuit Blanche- Metz, manifestation artistique dédiée à la création contemporaine.

LA COUV’ VUE PAR LES ARTISTES
«Peindre un portrait, chercher à être fidèle au modèle, tout en se laissant porter par le hasard et les sensations, interprétations, autour d’un regard, d’une expression, d’une attitude. Tenter de voir au travers pour mieux dévoiler. Cette démarche s’applique à ma thématique personnelle du moment : Le Double Je.»

1013867_556026957829632_174604219_n

Lire le magazine en ligne, cliquez ici!

Texte : Charlotte Baechler
Photo : Thomas Danesi

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Rendez-vous estival incontournable dans le Bas-Rhin, le Festival du Houblon revient du 20 au 25 août pour sa 60e édition ! Si cette édition s’inscrit dans les pas des précédentes, elle propose aussi son lot de nouveautés pour célébrer cet anniversaire exceptionnel.

Un tour du monde en 6 jours avec le Festival du Houblon de Haguenau

Rendez-vous estival incontournable dans le Bas-Rhin, le Festival du Houblon revient du 20 au 25 ...