A Lire!
Accueil » News » Cinéma » CASSE-TETE CHINOIS

CASSE-TETE CHINOIS

L’Auberge Espagnole a prouvé que les films français ont leur bonne surprise. Les Poupées Russes ont révélé que ça n’était pas qu’un coup du sort. Et pour finir l’année comme il se doit, Cédric Klapisch nous a proposé la brillante suite de la trilogie, avec Casse-tête Chinois. Après Barcelone et Saint-Pétersbourg, ce réalisateur au CV bien rempli nous a donné rendez-vous à New-York, avec une flopée d’acteurs talentueux. On ne change pas une équipe qui gagne, focus sur ce troisième et dernier opus des aventures de Xavier.

A l’image d’une série que l’on suit assidûment, on avait tous hâte de retrouver Xavier, Wendy, Isabelle et Martine. Les spectateurs ne venaient pas voir Romain Duris, Kelly Reilly, Cécile de France et Audrey Tautou mais les personnages qu’ils incarnent. Et ce troisième volet tant attendu méritait de l’être. Les acteurs ont vieilli, les personnages ont mûri, et le réalisateur a su décrire à merveille cette génération de quarantenaires.

Pour le topo, Xavier est désormais père de deux enfants et toujours autant de nature bordélique, son virus du voyage au cœur et son éternelle prise de conscience en tête. Il se retrouve dans la ville de la grosse pomme, tiraillé entre séparation, homoparentalité, immigration et autres sujets de société, et où ses trois femmes de sa vie viennent bousculer son quotidien.

Au fil du film, le récit s’éparpille, les personnages prennent forme et représentent plus que jamais  un emblème de la génération de la débrouille, pressée et insouciante.  Cédric Klapisch nous livre là un film joyeux et mélancolique à la fois, où les illusions perdues, les erreurs du passé et les aspirations futures sont les maîtres-mots du scénario. Tourné en plein cœur du quartier chinois new-yorkais, ce film nous en met plein les yeux, grâce à des techniques de cinéma plus qu’appréciables, comme des flash-back, flash-forward, voix off et animations graphiques et visuelles.

Charmeur, humble et décontractant, Casse-tête Chinois était attendu au tournant, et a parfaitement pris les virages. Un chef d’œuvre, sans doute le dernier du nom, mais ne dit-on pas que toutes les bonnes choses ont une fin ?!

Texte: Charlotte Baechler

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Graine de Cirque vous donne rendez-vous sous ses chapiteaux du 16 au 23 décembre, pour la quatrième édition du festival Noël en piste !

Noël en piste avec Graine de cirque

Graine de Cirque vous donne rendez-vous sous ses chapiteaux du 16 au 23 décembre, pour ...