Accueil » Expo and co » PHOTOGRAPHS FROM THE WAR IN AFGHANISTAN

PHOTOGRAPHS FROM THE WAR IN AFGHANISTAN

Du 4 octobre au 5 janvier 2014.
Vernissage le 4 octobre.

SIMON NORFOLK + JOHN BURKE

Deux regards de photographes sur ce pays en guerre presque éternelle se répondent à un siècle de distance. Il y a d’abord celui de l’irlandais John Burke, qui a sillonné le pays pendant les guerres Anglo-Afghanes à la fin du 19ème siècle et puis il y a celui de l’Anglais Simon Norfolk, qui a saisi le pays de nos jours, comme une réponse ou un écho au travail de son prédécesseur. Un écho qui dit que les ruines d’hier et la douleur d’aujourd’hui sont les mêmes. En octobre 2010, Simon Norfolk a commencé une série de photographies en Afghanistan, qui prennent comme repère les travaux du 19ème siècle du photographe britannique John Burke. Les photographies de Norfolk réinventent ou répondent à des scènes de la guerre en Afghanistan de Burke, dans le contexte du conflit contemporain. Conçu comme un projet en collaboration avec Burke à travers le temps, ce nouvel organe de travail est présenté aux côtés des portfolios d’origine de Burke. Tout comme l’indique le simple mot « war » (guerre) du titre de l’exposition, le projet de Norfolk est en partie une accusation de l’impact inexorable du conflit et de l’impérialisme sur le paysage et les habitants d’Afghanistan durant ces 130 dernières années.

John Burke fut le premier à ramener des images d’Afghanistan, prises lors de la seconde guerre anglo-afghane, entre 1878 et 1880. À l’aide de négatifs au collodion humide, difficiles à transporter, et d’immenses appareils photo en bois, il a pris des paysages, des champs de bataille, des sites archéologiques, des scènes de rue, des portraits d’officiers britanniques et de groupes ethniques d’afghans. Plus d’un siècle plus tard, Simon Norfolk a marché dans les pas de John Burke, chez qui il a perçu un regard humain et critique sur le système colonial britannique. Pour réaliser ce qu’il appelle une « collaboration avec son précurseur victorien », Simon norfolk s’est engagé dans une sorte de re-photographie.

Simon Norfolk est un photographe paysagiste dont le travail de ces dix dernières années a été centré autour de la question du « champ de bataille » sous toutes ses formes. Dans cette optique, il a mené ses projets photographiques au sein des pires zones de conflits et de réfugiés, mais aussi en photographiant des super-ordinateurs destinés à dessiner les systèmes militaires ou bien à tester les lancements de missiles nucléaires. Son travail est internationalement reconnu aujourd’hui : il a gagné le Prix Dialogue aux Rencontres d’Arles en 2005 ; le Infinity Prize du Centre international de la photographie (NYC) en 2004 ; le Foreign Press Club of America Award en 2003 ; et a été le lauréat du European Publishing Award en 2002. Il a produit trois monographies, dont « Afghanistan – Chronotopia (2002) ; For Most Of It I Have No Words (1998) sur les paysages de génocide, « Bleed » (2005) sur la guerre en Bosnie et enfin Burke + Norfolk (2011), photographies de la guerre en Afghanistan. Ses œuvres font partie de collections telles que celle du Museum of Fine Art Houston, de la Deutsche Bourse Art Collection de Francfort et également du British Council. En 2012, la série « Photographs from the war in Afghanistan » a été montrée pour la première fois en France à l’occasion du festival Photomnales de Beauvais. Simon Norfolk a été décrit par un critique comme « le photographe documentaire majeur d’aujourd’hui. Passionné, intelligent et politique ; il n’y a pas d’autre photographe qui a sa vision et sa clarté ».

Stimultania
33 rue Kageneck, Strasbourg
www.stimultania.org

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Made in Schilick – 4 photographes 4 regards sur la ville

Du 4 au 26 mai 2019 Vernissage : samedi 4 mai à partir de 18h Dans ...