Accueil » News » Artiste » Christophe Lombard AKA (hello)Buckwild

Christophe Lombard AKA (hello)Buckwild

Identité : Christophe Lombard

Nom d’artiste : (hello)Buckwild

Age : 29 ans

Spécialité : graphisme et illustration

Ses influences : tattoo, graffiti, typographie, gravure et l’univers du métal

Son QG à Strasbourg : le Fat Black Pussycat, la Mandragore et le Soulmeat pour manger un bout

Dans son casque : Slayer, Metallica, Converge, Oathbreaker et tout ce qui blast !

Qui dit premier artiste de la saison, dit artiste de prestige. Pour cela, Christophe Lombard, plus connu sous son nom d’artiste original et design (hello)Buckwild, honore la couverture du mois de septembre avec fierté et brio. En tenue très décontractée mais soignée, c’est un homme bien dans ses baskets qui s’est prêté au jeu de l’interview. Ouvert, sincère et investi, notre artiste local brave les clichés à la force des coups de crayons et des mots. Parcours, passion et avenir, il nous dit tout, entre quatre yeux et milliers de rire…

Après avoir obtenu son bac à Belfort, Christophe s’est tourné vers des études de concepteur de site internet. Très vite, il se rend compte que son dada est loin d’être la programmation. A coups de rencontres hasardeuses, il fait la connaissance d’un graphiste du collectif lyonnais « Kollebolle », qui lui ouvre les yeux, mais surtout les portes. Il intègre alors une école d’Art dans le pays des Eurockéennes, où il « s’éclate à mort » (et je vous assure qu’il le dit tout sourire) et où il est formé uniquement par des professionnels reconnus. Sous des conseils avisés, il se lance ensuite dans la vie active en indépendant. Il fera après ses premiers pas en agence, à Strasbourg, dans une entreprise de communication spécialisée dans l’édition et le graphisme d’utilité publique. Et c’est après 4 ans de bons et loyaux services qu’il se consacre entièrement au travail en freelance. Christophe est devenu (hello)Buckwild, c’est le début de la gloire.

 

portrait(créditValentinCattel)

Chacun sa route, chacun son art

Influencé par les gravures de Dürer, la typographie et par les symboles multiples du satanisme, de l’ésotérisme, des templiers et de la sorcellerie, il crée du graphisme pur et dur. Intéressé aussi par le streetart et l’iconographie, il se plaît parfois à dessiner de nouvelles typographies, et à travailler dans la publicité, même s’il « ne peut pas vraiment s’exprimer puisqu’on doit respecter un cahier des charges souvent très restreint ». Ce qu’il préfère dans son métier de directeur artistique ? Etre contacté pour un renouvellement d’image d’une enseigne/société, et soumettre une contre-proposition avec une nouvelle vision artistique. Et dans 99% des cas, c’est ce projet qui est choisi, bingo ! Mais fidèle à ses valeurs, Christophe sait choisir ses clients, afin de ne jamais travailler sur une création contre ses convictions, comme par exemple la religion ou la politique qui selon lui, ne sont pas des domaines où un graphiste à sa place.

A regarder ces travaux, il touche au noir et blanc comme aux couleurs. Loin d’être un choix prit au hasard, ils dépendent des thèmes qu’il aborde. Le coloré relève plutôt du street art, le noir et blanc du côté dark. Mais notre artiste aime les défis, et se satisfait donc pleinement de la contrainte de cette dualité.

Véritable oiseau de nuit, (hello)Buckwild préfère travailler tard et au calme. Il compose à l’aide de quelques livres, mais dans l’ensemble, « ça démarre de pas grand-chose, naturellement ». Loin d’être un hipster pris dans la mode, il ne consulte pas les blogs de graphisme dans le vent et les sites des artistes tendances, il s’inspire simplement et humblement de moindres choses, de ce qui l’entoure. Sans prétention, il assure qu’il vit de ses créations sans démarchages ni petites annonces, puisqu’il « assimile ça à de la prostitution, du racolage ». Le réseau et le travail payent, simplement.

vitrineAlDente(créditValentinCattel)

Son pseudonyme

Dès ses débuts, il s’est donné un blaze comme dans le graffiti, avec un terme pour désigner un cerf, « Buckwild », élément graphique qui se retrouvait dans toutes ses productions.

Avec la création de son site internet, il a ensuite rajouté le mot de bienvenue, pour enfin arriver à (hello)Buckwild. Véritable signature, elle se retrouve maintenant partout, au détriment de l’animal qui lui s’est effacé pour ne pas se noyer dans la mode et la tendance.

Ses actualités

Christophe a gravé les échelons et on peut dire qu’il est arrivé en haut de l’échelle ! Au programme du mois de septembre, il a travaille sur une collaboration avec Puma the quest, pour le show case du rappeur Youssoupha, au Citadium de Paris. De l’habillage du stand aux Tshirts, (hello)Buckwild s’occupe de tout pour notre plus grand plaisir.

En bon chauvin alsacien, on le lâche pas notre Christophe dans la capitale, et on le garde pour l’affiche du marathon de Strasbourg 2014, qu’il compte bien remanier  différemment des précédentes. Et d’un point de vue plus personnel, notre premier artiste de la saison prépare une exposition pour le mois d’octobre au Nouvel Accord où il présentera des illustrations, des prints et des sérigraphies.
Egalement au programme, le sortie de plusieurs T-shirts et autres projets en cours de discussion… Stay tuned !

www.hellobuckwild.com

www.facebook.com/helloBUCKWILD

Article : Charlotte Baechler

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Joe Paoli, de la bombe au pinceau

À l’approche des beaux jours, et du festival NL Contest qui prendra place au sein ...