Accueil » Expo and co » Quand le tout Erstein se faisait photographier

Quand le tout Erstein se faisait photographier

Du 14 janvier au 20 juin. PROLONGATION JUSQU’AU 20 SEPTEMBRE
Vernissage : 18 janvier à 19h.

Au fil d’une lignée de photographes installés à Erstein, les Mayer, l’exposition conçue par l’Etappenstall présente des tranches de vies ersteinoises des années 1870 à 1937.
Une lecture sociale et historique : portraits de jeunes mariés, d’enfants aux habits apprêtés et aux sourires un brin figés, de soldats au départ de la guerre, etc.
Présentée tout le semestre, elle sert de pivot aux 4 expositions proposées en parallèle.

En décembre 2010, Eric Mayer, qui a exploité le studio photographique de ces ancêtres, a légué à la Ville d’Erstein un héritage retraçant trois générations de photographes. Sur une période s’étalant de la fin du XIXème siècle aux années 1980, ce sont ainsi 44 850 pièces dont 8 845 plaques en verre, plusieurs chambres photographiques, des objets de l’atelier de l’époque et des registres de commandes qui viennent enrichir le fonds patrimonial de la Ville.
De ces milliers de plaques de verre rapportées du grenier familial, près de 200 images ont été extraites. Chaque plaque de verre a été soigneusement nettoyée avec des produits spécifiques pour stopper les dégradations chimiques, le développement de micro-organismes et ne pas abîmer la couche d’image. Les plaques ont été ensuite indexées puis numérisées.

Le parcours de visite s’organise en 4 étapes.
Il démarre avec la saga des photographes Mayer dont les trois générations sont partie prenante de la vie ersteinoise.
Décors élégants et pléthore d’accessoires, l’art du portrait se dévoile dans l’atelier photo du XIXème siècle reconstitué pour l’occasion.
L’aventure de la photographie s’illustre avec ses nouveaux procédés qui voient le jour dès les premières décennies du XIXème siècle et particulièrement la technique des plaques de verre qui va simplifier le processus photographique et en rendre le portrait accessible au plus grand nombre.
Portrait individuel ou de groupe, photo de famille, ces visages qui retracent des bouts de vie font rejaillir des souvenirs et nous livrent une histoire collective témoin d’une époque, d’une région et d’une population, c’est la dimension sociale et culturelle de la photographie.

La scénographie de l’exposition fait écho aux procédés chimiques de la photographie en créant de grands pans d’images à
l’instar des épreuves tout juste sorties du bain révélateur et que l’on aurait mises à sécher les unes à côté des autres, suspendues avec des pinces à linge, en toute simplicité.
L’atelier photographique de Rudolf Mayer est reconstitué avec en point d’orgue un des magnifiques fonds peints qui servait de décor aux modèles et les accessoires de l’époque.

Etappenstall
16 rue du Général de Gaulle, Erstein
www.ville-erstein.fr

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De la figuration à l’abstraction de Solange Arama-Chouchana

Du 24 mai au 25 juin 2018 Vernissage : jeudi 31 mai à partir de 18h ...