A Lire!
Accueil » Expo and co » Yougmi Kim – Sylvie Andlauer

Yougmi Kim – Sylvie Andlauer

Du 13 mai au 5 juin

La Maison d’Art vous propose des peintures réalisées par deux femmes artistes. L’une vient de Corée du Sud, l’autre est Alsacienne. La première projette dans son travail les différentes facettes de son univers intérieur et subjectif. La seconde revisite le genre de la nature morte parfois en s’amusant de ses codes.

Yougmi Kim – Peintures

D’origine sud-coréenne, Yougmi Kim a fait ses études d’art à l’université de Séoul, qu’elle a complété en France en fréquentant les universités de Lille et de Strasbourg. Elle vit à Strasbourg depuis 1999.
Elle a participé à diverses expositions en Corée du Sud entre 1986 et 1995, notamment à Séoul. En France elle a présenté ses travaux à l’occasion de nombreuses expositions à Strasbourg : CIARUS, CROUS, Centre Bernanos, Place des Arts, ainsi que dans des lieux divers tels que banques ou centres socioculturels.
Elle fait partie de l’AIDA depuis 2012.

Elle met l’accent, lorsqu’elle décrit son travail, plus particulièrement sur l’inclusion de matières diverses et d’éléments en relief. Ce matiérisme revêt à ses yeux une importance particulière, puisqu’il a pour rôle de marquer physiquement la surface de la toile. C’est ce qui lui permet d’ouvrir un espace en quelque sorte « au-delà » de cette surface, ou si l’on veut, « à l’intérieur » du tableau, qui devient ainsi un lieu de son univers personnel.
Ses compositions font souvent appel à des trames ou à des motifs géométriques mêlés à des éléments figuratifs divers : figures humaines ou animales, éléments de paysage ou de bâti. Son univers met en scène ces fragments de décors qu’elle peuple de figures diverses, silhouettes, allégories, icônes, figures familières, personnages en costume… Elle nous livre au total une vision du monde généralement lumineuse, onirique et féérique, toujours personnelle et pleine de fraicheur.

Sylvie Andlauer – Peintures

Le travail de Sylvie Andlauer marque une prédilection assumée pour la représentation d’objets inanimés, habituellement désignée par le terme générique de « nature morte ». Ce genre tout particulièrement mis à l’honneur par l’école flamande du XVIIème siècle recouvre à la fois un style particulier de figuration picturale et l’ensemble des codes qui l’encadre et lui donne sens. Des objets simples, modestes et anodins, parfois triviaux et périssables. Une homogénéité de ton, pouvant aller jusqu’à la monochromie. Et la mise en espace d’un petit théâtre de choses, suggérant une action dramatique quoiqu’immobile, à peine marquée par quelques indices, et destinée à figurer la fragilité de l’instant confronté à la durée, la vanité des choses terrestres et de leur possession, la force d’usure du temps et sa propension à corrompre toute matière charnelle. Appartenant résolument au genre, le procédé du trompe l’oeil, souvent mis en oeuvre, participe à cet exercice de théâtralisation des objets anodins, surcodant la scène comme pour lancer, avec un clin d’oeil complice jeté au spectateur : attention, illusion scopique !

Gallerie AIDA – Maison d’Art
130, Grand’rue, Strasbourg
www.aida-galerie.com

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Humain/Divin de Pierre Gangloff

Du 29 juin au 22 septembre 2019 Vernissage : vendredi 28 juin à partir de ...