Accueil » News » Artiste » Gargameli

Gargameli

garga

garga

Chose rare, je saute l’introduction. Car pour le coup Gargameli, Notre artiste Du mois, plante le décor bien mieux que je ne le ferais. tête à tête avec une artiste atypique, son jardin secret Dans la rétine et Dans ses dessins voyageurs, bien au chaud dans leurs bottes de sept lieues : « je sème des graines visuelles Depuis une Décennie. Des graines qui créent des connections entre des personnes parfois à des milliers de kilomètres d’où je me trouve. c’est la cerise sur le gâteau. Mes dessins ont leur propre histoire une fois qu’ils sont finis. Ils voient Des choses que je ne verrai sans doute jamais. Toutes ces petites histoires font partie de mon histoire à moi. »

Entre alsace et sa voie

Aujourd’hui graphiste illustratrice, salariée et à son compte, Hélène alias Gargameli a d’abord fait face à la méfiance, somme toute commune dans ce genre de cas, de sa famille vis-à-vis d’une éventuelle carrière dans l’artistique. les pieds sur terre ces derniers souhaitaient pour elle un « vrai » métier mais face à son entêtement le deal fut clair, empocher son bac pour accéder à un cursus d’art appliqué. chose faite, s’en suit une école de communication visuelle à paris et les arts Déco de strasbourg, qui la pousse à venir en alsace, elle qui est savoyarde d’origine.

eliane_oeil

Art vivant et supports mobiles

son amour du dessin s’est révélé très tôt et s’est toujours décliné au fil de ses carnets ou d’autres supports mobiles qu’elle emmène partout. mais rien (ou si peu) n’est inné, donc priorité au travail et à la sueur. « je dessine depuis toute petite. quand certains parlent de talent ou de don, j’aime à leur rappeler que je crayonne quotidiennement depuis 25 ans, donc forcément tout ce travail porte un jour ses fruits! »

Des carnets qui se remplissent, s’entassent et qui finalement s’exposent au regard de ses amis qui flairent la bonne affaire. Et bien leur en a pris, puisqu’en 1998, elle commence à dessiner des flyers pour leurs soirées reggae ragga dancehall, notamment. « D’autres voulaient que je reproduise mes personnages sur leurs vêtements. J’ai tout de suite adoré cette manière de partager mes traits. » auteur de quelques expos «traditionnelles» dans certains bars avant sa majorité, l’ennui la guette. « mettre mes dessins dans des cadres et les accrocher au mur, pour que les gens que ça peut bien intéresser viennent les voir, bof. attention je ne dis pas que je n’aime pas cette forme de présentation, mais cela ne me convenait pas à l’époque. partager son univers, autant le faire avec le plus grand nombre. » Car faire le dessin original d’un flyer distribué à 5000 exemplaires, peindre sur un vête- ment qui vivra sa vie dans un autre cercle, traversera les continents et les époques ou sur un camion qui va circuler au-delà de sa propre zone d’action, voilà ce qu’elle appelle faire vivre son univers !

eliane_salescons

Expression(s) tout terrain

puis naturellement, l’expérience et la recherche es- thétique aidant, elle commence à diffuser son travail de façon plus alternative. peinture sur textile lors de festivals, peinture sur carrosserie, sur boomerangs, illustrations pour des flyers, des vinyles, stickers, décorations pour des événements. « mes dessins ont pu vivre et vivront dans les yeux des autres, sans forcément qu’ils s’en rendent compte ou qu’ils aient une démarche particulière à faire. j’aime les supports mobiles, j’aime l’art vivant, l’art dans nos vies! »

Durant son apprentissage elle s’est essayée à beaucoup de techniques et surtout ne s’impose aucune barrière. « J’opte pour celle la plus appropriée à mon support du moment. Bombes et peinture pour la carrosserie, peinture textile pour les vêtements, aquarelle et craies pour mes carnets de voyages, photo, et maintenant les aiguilles de tatouage. j’aime toutes les techniques puisqu’elles n’ont qu’un seul but : celui de s’exprimer! »

A la recherche du bon trait

A sa rencontre et à son écoute, on se rend bien compte que la vie et ses rencontres sont ses seuls guides. L’équation est simple, et pourtant elle adore les inconnues : elle griffonne, dessine, peint depuis des années. et rencontre des gens qui ont envie qu’elle griffonne, dessine, peigne pour eux. Des atomes crochus et un juste retour des choses en quelque sorte. « les événements s’enchaînent ainsi depuis plus de 10 ans. et j’espère pour encore longtemps, pour des projets riches et plus farfelus les uns que les autres. » le public fait partie intégrante de son travail ; elle dessine beaucoup pour les autres, pour des commandes. Un enrichissement permanent, à la rencontre de l’autre, son univers, ses idées. « Cela me force à sortir de mes territoires d’expression, de faire des recherches, de chercher le bon trait, la bonne façon. et puis ce sont des rencontres, j’aime les gens, leurs histoires, leurs références. c’est une source d’inspiration sans limites. j’ai l’impression de mettre mon trait au service de l’histoire des autres. » un foisonne- ment artistique qui la conduit même au tatouage, suite logique de ses déambulations et un merveilleux moyen de créer ensemble de belles images, indélébiles.

Epanouissement personnel et autocritique sont ses chevaux de bataille. Que cela plaise n’est finalement pas la chose la plus importante à ses yeux, même si comme tout un chacun, elle aime que ses productions touchent les gens. « L’important c’est que cela me plaise. je suis mon premier public, le pire de tous! ce n’est pas vraiment évident, je suis très difficile avec moi-même. Mais ce qui est bien c’est que du coup, je ne suis pas susceptible outre mesure. et je pense que cette envie de mieux faire me permet d’avancer, de me lancer de nou- veaux challenges. j’aime les détails, les visuels qui racontent des histoires. comme les livres pour enfants, avec plein de petits détails et messages cachés. au lecteur de prendre le temps ou pas de pénétrer dans mon univers. » Alors maintenant que vous avez pris le temps, pénétrez joyeusement son univers…

www.mauvaisbougres.canalblog.com

www.facebook.com/gargameli

Article : Mourad Mabrouki

Photo : Thomas Danesi

À propos L'équipe COZE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Flo’r en Scène vous donne à nouveau rendez-vous à Guebwiller le 1er juin, pour la 6e édition de son festival. La journée débutera par diverses animations avant de laisser place au tremplin musical des lycéens puis de la soirée consacrée aux concerts.

La scène locale alsacienne à l’honneur avec la 6e édition de Flo’r en scène

Flo’r en Scène vous donne à nouveau rendez-vous à Guebwiller le 1er juin, pour la ...