A Lire!
Accueil » News » Nous y étions » Interviews express : Salon Cook Show

Interviews express : Salon Cook Show

Ce week end à Strasbourg des vignerons du monde entier vont tenter d’obtenir des récompenses pour leurs vins – cépages Riesling, Pinot Gris et Gewurztraminer – à l’occasion des Grands concours du Monde (salon réservé aux professionnels). L’occasion de revenir sur le dernier salon grand public Cook Show. 5 interviews express, entre une bouchée de cuisine tendance et une gorgée de Gewurtzraminer. Vite lu, vite dit et bon appétit !

De son village de Niedermorschwihr, blotti dans les vignes, Christine Ferber – surnommée la « fée des confitures » – est partie à la conquête de la planète avec ses confitures d’anthologie et ses aigre-doux succulents. Aussi célèbre au Japon qu’en France, elle est la complice de nombreux grands chefs.

Que vous évoque la cuisine alsacienne?

Elle me fait penser à un grand coeur, beaucoup de temps, de patience, de nez qui font un merveilleux cadeau à celui qui va déguster les dits plats servis à la table des personnes qui l’invitent.

Pour vous en cuisine c’est jamais sans?

Jamais sans crème fraîche ! J’adore la crème fraîche battue en particulier.

Que trouve-t-on toujours dans votre frigo ou votre placard?

De la crème fraîche ! (rires)

Une astuce de chef?

Le citron vert ou le gingembre, qui relèvent merveilleusement les desserts, les sauces surtout.

Votre pêché mignon?

Les tartes sablées, surmontées d’une crême fraîche patissière mélangé à de la crême fraîche battue et des fruits rouges. Hummmm…

Site internet : www.christineferber.com

Animatrice de l’émission à succès « Fourchette et sac à dos », Julie Andrieu réinvente la cuisine du quotidien par son approche pratique et décomplexée. Journaliste culinaire, productrice et animatrice, elle voyage dans le monde entier et dévoile les peuples par leurs cuisines.

Que vous évoque la cuisine alsacienne?

Bien sûr elle m’inspire mais je la connais mal, donc c’est difficile d’en parler. Mais de ce que j’en comprends elle est très respectueuse des traditions, en même temps très ouverte sur le monde, sur les autres régions, sur toutes ses influences, ce n’est pas évident d’arriver à concilier tradition et modernité.

Pour vous en cuisine c’est jamais sans?

Jamais sans amour!

Que trouve-t-on toujours dans votre frigo ou votre placard?

Du bon beurre, parce que les tartines beurrées le matin c’est juste indispensable!

Une astuce de chef?

J’en ai beaucoup, mais pour reprendre la démonstration faite sur le plateau tout à l’heure avec Marc Haeberlin. Une fois qu’on a préparé quoi que ce soit avec de la pâte feuilletée – en l’occurrence là c’était un feuilleté de pigeon – toujours la mettre au frais avant de la mettre au four, elle développe mieux, ne se rétracte pas, c’est une astuce que j’utilise souvent!

Site internet : www.julieandrieu.com

Élisabeth Biscarrat, plus connue sous le nom d’Elisabeth Masterchef, est la grande gagnante alsacienne de l’émission Masterchef 2011, elle prépare un livre de recettes qui devrait paraître au mois d’aout.

Que vous évoque la cuisine alsacienne?

Ca me fait penser à pleins de choses mais comme je ne suis pas de la région, c’est une cuisine que j’ai dû apprendre à faire et apprivoiser. En tout cas dans mon esprit c’est une cuisine que j’aime beaucoup, qui mijote, qui est chaleureuse, qui demande du temps. En fait c’est tout ce que j’aime, c’est à dire que j’aime bien cuisiner le dimanche matin, que ça cuise pendant trois heures, et à midi recevoir ma famille, mes amis, parce que j’ai été élevé comme ça et que ça correspond très bien à l’identité alsacienne. Donc j’adore tout simplement!

Pour vous en cuisine c’est jamais sans?

Jamais sans herbes fraîches!

Une astuce de chef?

Du citron vert, j’en mets partout

Une astuce de chef?

Remplacer ⅓ de la crème par du lait de coco!

Jean Luc Timmel est chef de cuisine au restaurant Au Boeuf dans la cité des potiers, à Soufflenheim. La toque encore bien vissée sur sa tête, nous l’avons croisé à la fin de son atelier de cuisine interactive!

Que vous évoque la cuisine alsacienne?

A mes racines, à des grands chefs, à la cuisine de ma grand mère. Comme dans notre cuisine, nous privilégions les produits et les plats du terroir. Nous voulons aussi accompagner les gens dans leur propre cuisine, en donnant des cours de cuisine une fois par semaine, le tout dans une grande convivialité. C’est aussi ça la cuisine alsacienne, la transmission des saveurs et de la tradition.

Pour vous en cuisine c’est jamais sans?

Jamais sans sel et jamais sans beurre!

Que trouve-t-on toujours dans votre frigo ou votre placard?

De la crème et du beurre! Ce qui est important dans la cuisine c’est d’avoir des produits de base de qualité. L’autre point important c’est le respect du produit.

Un ingrédient ou le produit que vous aimez travailler?

Le poisson beaucoup. J’aime revisiter la cuisine alsacienne, c’est mon vrai plaisir.

Votre pêché mignon?

Etrangement quelque chose que je n’aime pas trop faire moi-même, la pâtisserie!

Site internet : www.boeuf-soufflenheim.com

Le maître brasseur Christian Artzner a fait renaître la bière Perle. Son trisaïeul, Pierre Hoffel, avait créé la brasserie du même nom à Schiltigheim, en 1882. Celle-ci a laissé d’heureuses traces dans l’imaginaire strasbourgeois, après sa relance par Charles Kleinknecht en 1919.

Que vous évoque la cuisine alsacienne?

Le partage des bons moments. C’est le cuistot ou le brasseur qui veut faire plaisir aux gens, se réunir autour de la table, autour d’un verre, pour des moments conviviaux. Autour de la qualité en tout cas, qu’il s’agisse du produit ou du moment. Et ce genre de moments sont rares, profitons-en! (rires)

Qu’est ce qui vous attire autant dans le métier de brasseur?

C’ets un mélange entre une recette disons de diverses matières premières, de céréales, pas tellement nobles finalement, du houblon, des levures, des épices éventuellement pour transformer ça en liquide convivial qui réunit les gens. Il y a de la cuisine, de l’alchimie, de la technologie, un mélange de différentes choses.

Cook Show oblige, quel plat se marie le mieux avec la bière?

Une choucroute cuisinée au vin. Ou alors avec du munster, avec la note florale et herbale qui se marie assez bien avec.

Pour vous en cuisine c’est jamais sans?

Jamais sans amour!

Site internet : www.biere-perle.com

Frédéric Morisset est chef de cuisine de l’Hostellerie de l’Abbaye de la Pommeraie à Sélestat, qui réunit à la fois un winstub, l’Apfelstuebel, et le Prieuré, un restaurant gastronomique.

Que vous évoque la cuisine alsacienne?

Beaucoup de saveurs, une cuisine qu’on aime travailler, le tout servi par une région magnifique.

Pour vous en cuisine c’est jamais sans?

Jamais sans beurre!

Que trouve-t-on toujours dans votre frigo ou votre placard?

De la crème!

Votre pêché mignon?

J’adore tout ce qui est sucré pourtant je suis cuisinier! Un dessert à base de chocolat à la fin d’un repas, c’est magique. Avec un gros penchant pour la Fôret noire.

Une astuce de chef?

Quand je fais des épinards, j’utilise une gousse d’ail. Je fais tourner mes épinards avec une gousse d’ail piqué dans une fourchette, vous pouvez tester ce soir (rires)

Site internet : www.pommeraie.fr

  

Crédit photo S.D. pour J.A.P

Propos recueillis par Mourad Mabrouki

 

À propos coze

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Never Ending edging : Des œuvres créés dans le désir, qui suscitent le désir

L’éloge de l’érotisme et de la pornographie à travers une exposition, est un défi qu’Aedaen ...